La dîme est-elle toujours d’actualité ? [Amassagou]

La dîme fait partie des prescriptions données à Israël par la Loi de Moïse. Chacun devait consacrer 10% de ses revenus au service du Seigneur (notamment pour l’entretien des Lévites, qui assuraient ce service). Les pharisiens au temps de Jésus allait jusqu’à donner la dîme des herbes aromatiques de leur jardin ! (Matthieu 23,23). Qu’en est-il pour les chrétiens ? Nous ne sommes plus « sous la loi ». Ce n’est plus elle qui régit notre relation à Dieu mais sa grâce manifestée en Jésus-Christ. Tout doit être vécu dans la liberté qu’il nous donne. Cela signifie-t-il que nous n’avons plus à donner de nos moyens pour l’Eglise, les oeuvres chrétiennes, la mission ? Certes pas. Comme l’écrivait Jacques Ellul, donner la dîme, c’est montrer que l’on est encore sous le régime de la loi. Mais la grâce… c’est de donner plus ! Pour le dire autrement : le don (d’argent, notamment) est un test spirituel. Est-ce que je donne par obligation (donc 10% minimum… mais aussi maximum), par peur, pour acheter quelque chose, ou comme un simple geste de reconnaissance, un joyeux « merci », dans la confiance que le Seigneur pourvoira à mes besoins ?

Peut-on « faire du business » dans l’Eglise ? (monnayer ses dons et talents pour en tirer un profit personnel) [Nico]

Non. L’épisode dit de la purification du temple nous donne à voir ce que pense Jésus de pratiques visant à profiter d’une situation offerte par les lois du temple pour en tirer un avantage financier. Cela est d’autant plus clair que ce passage se trouve dans les quatre évangiles (Matthieu 21 ; Marc 11 ; Luc 19 ; Jean 2). En réalité, à travers toute la bible la course au profit est dénoncée, en particulier quand elle touche à l’exploitation de l’humain (Actes 16), où quand elle éloigne les cœurs de Dieu (Ps 48 ; Mt 6,24) 

Maintenant, certaines personnes sont amenées à mettre leurs dons au service de L’Église contre une rémunération, à commencer par les pasteurs. Qu’une Église embauche une personne qu’elle a sollicitée pour assurer le bon déroulement de tel ou telle activité qui demande du temps et de l’investissement, ça a du sens. Ce procédé est alors publiquement reconnu et béni par les autorités de l’Église. Dans ce cas, l’argent reste un moyen par lequel des activités sont réalisables. Et non une fin, que des activités permettraient d’atteindre. 

La bonne nouvelle, c’est que Christ donne fidèlement les moyens de réaliser ses projets.

Pourquoi les protestants ont-ils la réputation d’être si austères ? [Manu]

La réputation d’austérité des protestants vient bien de quelque part… il n’y a pas de fumée sans feu dit le dicton ! Je dirais que les protestants ont cette réputation pour deux raisons : 1) parce que leurs opposants voulaient les caricaturer comme de vieux rabats-joie, rabougris ; 2) parce que beaucoup de protestants se sont complus dans cette image par orgueil spirituel (au mépris du plaisir, de la joie et du bonheur).

Qu’en dire spirituellement ? Dans ce monde consumériste et mercantile, Satan essaye clairement de nous faire vivre à dépenser de l’argent afin que nous intériorisons que nous sommes « la cible » pour « un produit ». De ce point de vue, l’austérité c’est aussi un état d’esprit subversif ! Les vieux protestants avaient la réputation d’être un peu crevards, de ne jamais gâcher, toujours récupérer ce qu’ils pouvaient. Là où l’austérité est avarice, misérabilisme, voire masochisme, qu’elle soit consumée par le feu du Saint-Esprit pour laisser place à la générosité et à l’abondance. Là où l’austérité est l’expression d’une jouissance respectueuse et reconnaissante de ce que Dieu a donné avec une parfaite mesure, qu’elle soit honorée et montrée en exemple.

Est-ce que le jeu est un péché s’il n’est fait que socialement pour de petites sommes d’argent ? [CCJB]

En quoi l’argent mis en jeu contribue-t-il au lien social entre les personnes qui jouent ? Quand je joue (moi en général, ce sont plutôt des jeux de société coopératifs, mais chacun son truc) je n’éprouve pas le besoin de mettre de l’argent en jeu pour que ce soit intéressant. Le problème ne me semble pas être dans la quantité d’argent mais dans le fait même qu’il y ait de l’argent ! Paul nous dit (1 Timothée 6. 10) que l’amour de l’argent est une racine de tous les vices, et Jésus nous dit bien que nous ne pouvons pas servir Dieu et Mamon (la personnification de l’argent) en même temps. Car l’argent est un outil économique permettant l’accès aux bien de consommation. Quand il devient autre chose (par exemple, facteur de socialisation dans les jeux) il ouvre la porte au péché (rivalité, envie, compétition vaine…)

L’achat/revente de cryptomonnaies est-elle immorale ? [Anna]

« Tout est permis, mais tout n’est pas utile; tout est permis, mais tout n’édifie pas. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. » Ainsi parle Paul en 1 Corinthiens 10,23-24.
Qui sert-on lorsqu’on achète et revend une marchandise et donc une monnaie ?
Dans le cas que vous citez, il est clair que cette crypto monnaie sert à dissimuler encore plus facilement des transactions illicites, des trafics en tous genres… 

Un héritage m’est proposé ; ma situation étant déjà bonne. Je veux obéir à Jésus sur tout cet argent- or ; j’entends «prends- conserve». Comment savoir si j’ai l’intelligence obscurcie- si je pèche ? [Christophe]

Je ne peux pas entendre à votre place ce que le Seigneur a comme projet pour vous, et pour vous avec cet argent ; s’il vous demande de le prendre et de le conserver c’est peut-être qu’il veut vous amener à en faire quelque chose que vous ne savez pas encore ?

Ce qui est sûr par contre dans la Bible c’est que l’argent doit rester un moyen, et pas un but en soi, au risque de devenir une idole qui prend le pouvoir sur nos vies. Je ne vous cite que la parole la plus évidente (Luc 16,13) : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent. » Dans cet Évangile en particulier, Jésus nous met en garde contre ce pouvoir de l’argent que nous voyons aujourd’hui tous les jours à l’œuvre autour de nous.

Concernant cet héritage que vous mentionnez, la bonne question à se poser pour rester fidèle à l’Evangile est donc peut-être : en l’acceptant, de quoi vais-je hériter dans ma vie (qui peut être attaché à ceux qui vous lèguent cet argent par exemple), et est-ce que cela ne m’empêchera pas de témoigner de Christ ? Ou encore : vais-je rester libre vis à vis de cet argent, ou vais-je me mettre à prendre des décisions en fonction de lui ? Et pour savoir si on est libre ou pas vis à vis de l’argent, la Bible nous donne un tuyau : être capable de donner de son argent est plutôt bon signe !

N’y a-t-il pas d’autre choix que le mariage pour légitimer un couple devant Dieu ? Qu’en est-il pour les jeunes qui ne peuvent le faire tout de suite, à cause de leur situation financière par exemple ? [Manu]

Je suis toujours très surpris de cette démarche consistant à vouloir « légitimer un couple devant Dieu ». Qui d’entre nous chercherait à légitimer de même tout ce qu’il vit ? On tomberait alors dans ce que Jésus reprochait aux Pharisiens : cette absence de liberté, cette volonté d’être « purs » en toute occasion, comme si Dieu était une instance répressive et non pas un Père plein d’amour, y compris lorsque ses enfants ne le méritent guère. Mais justement, l’amour ne se mérite pas, il se reçoit.

Il en est de même dans un couple : l’amour se reçoit. Le mariage monogame hétérosexuel en est la forme juridique ordinaire, la seule correspondant pleinement à ce que la Bible suggère, parfois implicitement, à propos d’un tel amour, à savoir le don de soi à l’autre dans la fidélité, la durée et la responsabilité, engagement public faisant du couple une unité sociale.

Quelle sorte de « situation financière » pourrait empêcher ou retarder un tel mariage ? Et qu’est-ce qui pourrait le remplacer aux yeux de Dieu comme à ceux des conjoints ou de la société ? Mais bien sûr, c’est à chaque couple de voir ce qui est le mieux par rapport à sa propre conception de son mariage, et il est certain que l’aspect festif (et donc coûteux financièrement) de l’occasion contribue à sa reconnaissance sociale. Dieu ne cherche pas à légitimer un couple, mais à ce que celui-ci, se présentant librement à lui, puisse être heureux et témoigner de son amour gratuit. La célébration publique de son union est aussi un signe de la confiance accordée à Dieu, quelle que soit la situation financière du couple.

Je ne fais que donner des sommes modiques pendant la quête, or je gagne très correctement ma vie. Je sais que c’est ingrat vis-à-vis de dieu. Que me conseillez vous ? Quelle serait la juste part ? [M.]

La question du don n’est pas facile à traiter dans une société comme la nôtre. Ainsi, alors que nous sommes sans cesse invités à nous poser en consommateurs de toutes sortes de choses et de services, Jésus nous appelle à engager à sa suite toute notre vie, ce qui inclut notre vie financière.

Pourquoi donner ?
Parce que Jésus nous appelle à faire des disciples et que l’église a besoin de nous, finances comprises pour accomplir sa mission (Matthieu 28/16-20)
Parce que nous savons que tout nous vient de Dieu, notre argent et notre salut en Jésus-Christ. Le don est ainsi lié à notre reconnaissance pour ce que Dieu donne et nous invite à partager (voir 2 Corinthiens 8/7-15).
Parce que nous mettons notre confiance en Dieu plus qu’en notre argent et que nous décidons de faire un pas de confiance. (Matthieu 6/25-33)

Combien donner ?
La question de la somme est à traiter honnêtement, devant Dieu, dans la prière, sans légalisme. La Bible nous offre quelques jalons en nous parlant de la « dîme » (10 pour cent des revenus). Lévitique 27 : 30-32 ; Deutéronome 14 : 22-29 et 26 : 12-14 ; Matthieu 23 : 23 ; Hébreux 7 : 1-10

Puisse le Seigneur continuer de conduire vos réflexions sur cette question !

Est-ce que trader son argent est un péché ? Laisser son argent sur un compte en banque est-il vraiment une solution meilleure quand on sait ce qui en est fait ? [Hanna]

Hannah, vous posez la question du capitalisme. Quoi qu’il arrive, l’argent est sale. Jésus disait : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Matthieu 22,21). Et il répondait à quelqu’un qui lui présentait une pièce de monnaie à l’effigie de l’empereur. « L’or est à moi, et l’argent est à moi, dit le Seigneur » (Aggée 2:8), mais c’est l’humain qui l’utilise et qui le place.

Comme nous sommes dans le monde, nous sommes obligés de placer cet argent. Le placer en le tradant directement, c’est être plus conscient de ce à quoi il est utilisé. On évite ainsi d’acheter des produits financiers qui comportent des ventes d’armes, du porno, ou autres choses qu’il est compliqué de promouvoir en tant que chrétiens. Ceci dit beaucoup de banques font des placements dits éthiques qui ont pour but de cibler des investissements responsables et solidaires.

Mais… parce qu’il y a un mais. Trader, c’est aussi entrer dans la pensée spéculative : gagner plus et gagner vite. Et c’est là la racine du capitalisme, qui met l’argent comme un but au lieu d’en faire un outil. L’appât du gain est franchement condamné par les Ecritures, depuis les 10 commandements, « Tu ne convoiteras point ce qui est à ton prochain » (Deutéronome 5,21) jusqu’aux épîtres, « L’argent est la racine de tous les maux. » (1Timothée 6,10). Sans oublier la radicalité d’un Jésus : « Nul ne peut servir Dieu et l’Argent » (Luc 16,13). Ce sont des banquiers que Jésus a chassés du Temple, non ?

Bref, c’est… chaud. Autant dire que sur tous ces sujets éthiques, il n’y a pas de réponse absolue, mais peut-être, à la suite de l’apôtre Paul qui se demandait ce qu’on pouvait faire avec les viandes sacrifiées aux idoles : « Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction de foi est péché. » (Romains 14,23). Non ?