Comment discuter avec quelqu’un qui pense que Trump était un Cyrus moderne ? – [Stephie]

La comparaison du précédent président des Etats-Unis d’Amérique avec le roi de Perse Cyrus a été faite par des chrétiens qui voulaient justifier leur préférence pour sa candidature à l’élection présidentielle. Tout en admettant qu’à l’instar de Cyrus qui n’adorait pas le Dieu d’Israël, Trump n’affichait pas un comportement ou des propos correspondant à des convictions chrétiennes, ces chrétiens américains estimaient que certaines de ses prises de position (par exemple contre l’avortement) montraient qu’il exécutait la volonté de Dieu. De même que, sans le savoir, Cyrus, en permettant aux juifs de revenir de leur exil dans leur pays et de rebâtir Jérusalem et son temple, fut serviteur du Seigneur, aux dires du prophète Esaïe (voir 44,28, 45,1,13, etc).

Il n’y a pas lieu ici d’évaluer le mandat et l’action politique de Donald Trump. Je note seulement qu’il a consciemment voulu rallier les voix de l’électorat chrétien, et en particulier évangélique, dont le poids est important aux USA. Jusqu’à se faire photographier Bible en main devant le panneau d’une Eglise, au nom de sa conception de la loi et de l’ordre (les responsables de ladite Eglise n’ont pas apprécié cette instrumentalisation symbolique et l’ont fait savoir). Cyrus pour sa part n’avait pas conscience de la portée de ses décisions pour le peuple de Dieu. Il ne cherchait à séduire personne à coups de fake-news ou autres « faits alternatifs », ni à gagner des suffrages, il avait déjà tout pouvoir.

Quant au résultat de la dernière élection présidentielle, ceux qui avaient prophétisé le choix de Dieu en faveur de « son élu Donald-Cyrus » s’en sont repentis, et pour cause !

La foi et le fait d’entrer en politique sont-ils compatibles ? [Françoise]

La comptabilité avec la foi chrétienne se pose dans nombre de nos engagements et passions et pas seulement sur l’engagement en politique.

En ce qui concerne l’engagement que vous nommez précisément, quatre textes me viennent en tête (mais il y en a évidemment beaucoup plus).
1/ Paul a demandé à Timothée de prier pour les autorités. Cela signifie que la foi inclus un engagement (sous forme de prière) pour les personnalités et institutions politiques.
2/ Paul rappelle aux Éphésiens que Dieu nous a créé pour des projets précis, afin que nous les fassions ! Cela signifie que les projets que Dieu a prévu pour nous sont de différentes natures et que l’engagement en politique en est peut être un.
3/ Le roi Salomon a demandé de la sagesse pour gouverner le peuple de Dieu. Cela signifie que Dieu peut donner son esprit pour gouverner dans le monde séculier…afin d’agir conformément à ses projets à lui.
4/ Jésus nous a rappelé (en parlant de l’argent, mais je crois qu’on peut élargir à tout ce qui peut devenir l’essentiel de nos vies) que nous ne pouvions servir deux maître en même temps. Cela signifie que le service en politique peut venir concurrencer Dieu… si nous laissons ce service devenir notre maître.

Si Dieu vous appelle à vous engager politiquement, je vous encourage à prier très souvent pour rester humble, à l’écoute de vos concitoyens, à l’écoute de la parole biblique et protégé des tentations liées à cette autorité conférée. Je vous assure de ma prière pour vous !

Lors d’une élection- si un candidat déclare qu’il est chrétien et que son rival politique est athée- les chrétiens devraient-ils voter pour le chrétien ? [Glen]

Donner son vote à un candidat qui fait état de sa foi chrétienne supposerait: 1) qu’il dit vrai ! Et qu’il ne cherche pas simplement à gagner la confiance d’une partie de l’électorat (cela s’est vu en bien des lieux du monde). 2) qu’il existe une politique chrétienne, autrement dit une façon chrétienne de gouverner, des choix chrétiens en matière économique, sociale, écologique, éthique… Or on trouve des chrétiens engagés dans des formations politiques aux options presque diamétralement opposées. Et ceux qui proclament que l’Evangile est « de gauche » ou « de droite » me paraissent bien téméraires.

Disons plutôt qu’il y a une manière chrétienne de faire de la politique : refus d’exercer le pouvoir à son profit, respect des règles et de la vérité, sens du service et du bien commun, souci des plus faibles… à l’image de Jésus qui a refusé le pouvoir qui lui était offert par les hommes (et le Diable!), et a choisi de régner dans l’abaissement de la croix, les chrétiens ont un rôle essentiel à jouer : rester vigilants à l’égard de toutes les dérives auxquelles le pouvoir peut conduire.

Bref, il vaut mieux voter pour un programme qui correspond à ses idéaux qu’en fonction de la foi ou de la non-foi de celui qui le porte, et s’assurer qu’une fois élu il respectera ses engagements !

Pensez-vous qu’en étant chrétien- on puisse défiler aux cotés des Gilets Jaunes ? [André]

La question d’actualité que vous posez, André, pourrait se généraliser à celle de l’engagement politique du chrétien. Y a-t-il un vote chrétien, une politique chrétienne? Je ne le pense pas. En fait, tous les chrétiens n’ont pas la même sensibilité ni les mêmes choix en politique. Certains appuieront le mouvement que vous citez, d’autres non. L’Evangile n’est ni « de gauche » ni « de droite », le message et la personne de Jésus ne sont pas récupérables par une idéologie humaine, quelle que soit… sa couleur.

Ce que l’on peut dire en revanche, c’est que notre foi et notre témoignage ne nous invitent pas à nous retirer de la société dans une sorte de bulle spirituelle, mais au contraire à témoigner de l’Evangile dans tous les domaines, social, culturel, économique… et aussi, pourquoi pas, dans l’action politique, comprise non pas comme l’art de prendre le pouvoir et de le garder, mais comme le service rendu au bien commun, à l’intérêt collectif, à la « polis », c’est à dire la cité où nous vivons. Donc, pourquoi ne pas défiler avec les gilets jaunes, comme d’autres citoyens, si vous estimez que leurs revendications sont justes et leur action bénéfique ? Les chrétiens peuvent même jouer un rôle précieux en politique, celui de la vigilance contre tous les excès du pouvoir, dans lesquels les hommes sont toujours tentés de tomber. Le pouvoir corrompt, divise, aveugle, fanatise si facilement ! Le roi que nous reconnaissons, Jésus, a choisi de venir parmi nous comme serviteur et non pas comme un tyran. Nous sommes aussi, en tant que ses disciples, « citoyens des cieux », c’est à dire d’une patrie qui ne fonctionne pas selon les règles de ce monde.

Que faut-il changer- quand un pays va mal ? Le peuple ou son dirigeant ? [Dod]

Dans l’Ancien Testament, la raison qui conduit le peuple de Dieu à aller mal est la désobéissance. Ainsi, les problèmes politiques et sociaux adviennent quand le peuple se détourne de Dieu pour suivre ses faux dieux, idoles, désirs, principes. Ainsi, Jérémie 5/23 : « Ce peuple a un coeur rebelle et désobéissant ». Les dirigeants qui conduisent mal le peuple, sont tout aussi impliqués que ceux qui les suivent ou les attaquent pour établir un autre pouvoir humain à leur place. Cela vient du péché, cette inclinaison humaine qui veut que nous voulions faire aller les choses selon nous-mêmes, en nous prenant pour des dieux, qui forcément, vont se tromper et se disputer, chacun allant selon une dynamique qu’il croit juste. Au problème du cœur qui ne cherche pas Dieu, une solution cardiaque doit être trouvée. Ainsi, Dieu promet-il en Jérémie 31/33 : « Je mettrai ma loi à l’intérieur d’eux, je l’écrirai sur leur coeur, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. » (Voir aussi Ezéchiel 36/26). La solution pour changer un pays ne vient pas de ce que nous ferions de l’extérieur. Il ne vient ni de la politique, ni de la guerre, ni d’une morale imposée. Il vient de ce qu’il se produit à l’intérieur du coeur des gens. Il vient de ce que Dieu peut produire en nous pour nous donner de cesser de poursuivre nos politiques illusoires pour nous laisser conduire par Dieu. Ainsi, au lieu de nous demander comment changer les autres, les pays et ses dirigeants, nous devrions d’abord laisser Dieu changer nos propres coeurs en nous convertissant chaque jour, en nous détournant chaque jour de notre manière humaine de vivre selon le péché, pour apprendre à aimer Dieu et notre prochain, dans le concret de nos vies. Nous devons aussi, dans cette perspective, prier pour que ce changement se produise dans le coeur de ceux qui nous entourent, et en particulier dans le coeur de nos dirigeant.

La question n’est donc pas : « Que faire pour changer le mal en bien ? »  mais « qui peut changer le mal en bien ? ». La réponse est Dieu, en Christ, par son Esprit. Le chemin le voici : « Convertissez-vous et croyez en l’Evangile ! » Marc 1/14

1 Timothée 2:1-4
« J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. »

Un chrétien est-il invité à faire de la politique ? [Valentina]

Tout dépend de ce que l’on appelle politique. Il me semble que décider de se rassembler tous les dimanches matins avec des hommes et des femmes d’origines, de conditions sociales et économiques différentes et de s’unir dans un même groupe est déjà en soi un acte politique, très fort à notre époque. Après, s’engager dans un parti quel qu’il soit, peut aussi faire partie de la vie d’un chrétien, à partir du moment où la ligne du parti ne prend pas le pas sur la foi au Christ et si le chrétien demeure libre de témoigner de ses convictions dans son attitude au sein même du parti, par exemple en refusant les critiques injustes à l’égard des membres d’autres partis politiques.

Est-ce dans l’esprit biblique et de l’enseignement du Christ que de dénoncer régulièrement- au détour d’une prédication- les impôts (« racket légal »)- la sécu (« produit l’assistanat »)- l’Etat….? [Pep’s]

Je suppose que votre question évoque des prédications que vous avez entendues. Je ne prétends pas juger le prédicateur qui a tenu les propos que vous rapportez ici, mais il me semble en effet problématique d’exprimer des convictions socio-politiques, surtout de façon régulière, dans une prédication. Ceci dit, entendons nous bien : la prédication, en tant qu’annonce du royaume de Dieu et appel à la repentance et à la conversion, ne peut pas ne pas avoir de répercussions sociales, voire politiques, sur les fidèles. Mais c’est à chacun de mesurer, à l’aune de ce qu’il lit dans la Bible et de la cohérence avec le message qu’il a reçu, ce qu’il convient de faire dans sa vie pour rendre témoignage à la Seigneurie du Christ.

Quel était le mouvement du christianisme social ? Cela existe-t-il encore ? [Cécile]

Le christianisme social est un mouvement qui date de la fin du XIXème siècle. En réaction contre le capitalisme qui générait alors beaucoup de misère et éloignait les plus démunis de Dieu, le christianisme social prônait une moralisation des individus et de la société afin qu’une vie selon Dieu et non selon l’argent, soit possible. Ainsi, le christianisme social s’est-il ingénié à annoncer l’Evangile dans les classes populaires, luttant contre l’athéisme marxiste, l’alcoolisme ou les moeurs dissolues sans ménager les critiques contre la société et des riches qui entretenaient la misère. Le christianisme social a pu conduire à la mise en place de propositions alternatives au capitalisme, tels les coopératives, ainsi qu’à des prises de positions politiques.

En 2010, un mouvement  « du christianisme social » s’est créé en association, se réclamant de ces idées. Ces dernières ont néanmoins visiblement beaucoup évoluées. Ainsi, le christianisme social tel qu’il est compris à la fin du XXIème siècle privilégie le politique et le social par rapport au travail d’évangélisation. Il se focalise ainsi sur les changements sociétaux plus que sur le changement des individus, appelés autrefois à croire et à faire selon Dieu.

Le marxisme et le protestantisme sont-ils compatibles ? Devrions-nous éviter le marxisme parce qu’il est trop athée ? Selon la Bible- il n’y a jamais d’espoir de gouvernement mondial unifié ? [PKJ]

Le marxisme repose sur un ensemble de principes qui s’opposent en effet, à la foi chrétienne. Nous pouvons en nommer ici quelques uns :

-L’idée que l’histoire est conduit par la « lutte des classes » et le déploiement des forces économiques. La fin de l’histoire, correspond, pour les marxistes à la victoire de la classe prolétarienne qui amènera enfin la paix et le bonheur dans le monde. La Bible dit  que Christ est l’alpha et l’omega, le commencement et la fin de l’histoire que Dieu conduit.
-L’idée que les idées religieuses viennent des rapports de pouvoir et sont « crées » par les classes dominantes pour servir leurs intérêts. Ainsi, le christianisme et considéré par Marx comme « l’opium du peuple ». La Bible, au contraire, nous raconte l’histoire d’un Dieu vivant qui parle et agit pour sauver les hommes et vient ainsi heurter et déplacer les idées qu’ils inventent pour se justifier.
-Le marxisme estime que la fin de l’histoire, le bonheur, la paix et la liberté adviendront quand la classe prolétarienne dominera. Il s’agira alors d’instaurer une « dictature du prolétariat », armes à la main, afin de forcer les riches à ne plus l’être. Le marxisme considère donc que la violence conduira une classe social à sauver le monde contre une autre catégorie sociale. Les chrétiens pensent que Dieu en Jésus, est venu sauver les hommes pécheurs par amour.

S’il propose des solutions mensongères du point de vue de la foi chrétienne, le marxisme
établit un diagnostique de notre condition de pécheur intéressant à considérer : l’idolâtrie de l’argent, la violence que les uns exercent sur les autres en raison du profit, notre facilité à inventer des idées qui nous confortent dans nos positions. A nous de chercher, dans la Bible, des réponses chrétiennes aux questions posées…dans la foi, l’espérance et l’amour.

Concernant la positivité d’un gouvernement mondial, exercé en ce monde pas des humains pécheurs, l’idée semble exclue par la Bible de son début à sa fin, et heureusement ! (Genèse 11 et Apocalypse).

Au nom de Dieu- des chrétiens se sont engagés dans des mouvements nationalistes comme l’Action française tandis que des prêtres ouvriers adhéraient à la CGT… Dieu est-il de droite ou de gauche ? [Josh]

Les deux, mon général ! Quand, en tant que chrétien, j’essaie d’accompagner une femme qui refuse d’avorter, en l’aidant à trouver des moyens pour accueillir son enfant, même si elle ne souhaitait pas au départ en avoir, j’adopte un comportement que certains qualifieront de droite. Quand, toujours en tant que chrétien, j’accueille des migrants, j’adopte un comportement que certains qualifieront de gauche. Quand j’entre dans un parti nationaliste, qui fonde son raisonnement sur la désignation des « étrangers » comme source des problèmes de mon pays, je n’adopte pas un comportement chrétien, mais une attitude idolâtre, qui place la nation au-dessus de Dieu. Quand j’adhère à un syndicat, si celui-ci a pour principal moteur le concept de lutte des classes et considère a priori que le dialogue avec le patronat est à refuser au profit d’un rapport de force, je n’adopte pas un comportement chrétien, mais une attitude idéologique. Les concepts de « droite » ou de « gauche » sont hérités de la Révolution française, et comme tous ces concepts humains, ils fluctuent au regard de l’histoire. La révélation de Dieu en Jésus-Christ ne passe pas par ces catégories.