Peut-on encore décrire le capitalisme- qui a grandement muté depuis son origine- comme l’instrument de Mammon ? [Judith]

Le capitalisme est un système économique et social dans lequel la propriété des moyens de production est détenue par des personnes privées (ou des États) mais pas par l’ensemble de ceux qui les mettent en œuvre par leur travail. D’autre part, il fonde sa dynamique sur l’accumulation du capital productif guidée par la recherche du profit. Si ce système est ancien et a beaucoup évolué depuis son apparition (à partir du XVIe siècle), la définition qui vient d’en être donnée (Encyclopoedia Universlais) est toujours valable. Il me semble qu’elle montre bien que Mammon, l’Argent comme puissance spirituelle, demeure un agent non négligeable de son fonctionnement.

Est-ce que la « gouvernance partagée » (sociocratie, holacratie…) serait une solution aux conflits en Eglise ? [Bennivo]

La « gouvernance partagée » est un principe de management des entités humaines, avec pour fondement l’idée d’un système maléable et fortement réformable, un fonctionnement par cercles de travail, avec un accent sur le consentement et la redevabilité, et enfin des outils comme l’élection sans candidat. Il s’agit de managements très souples, mais très codifiés où il s’agit de toujours argumenter les décision, et renforcer des redevabilités horizontales, d’égal à égal, pour quitter à tout prix le pharaonisme des systèmes pyramidaux, où pour ne plus être esclave la seule solution serait de devenir maître.

Il y a donc dans cette proposition managériale plusieurs registres qui plaisent au pasteur réformé qui vous répond, car ils semblent bibliques et font droit à des démarches hyper collaboratives et participatives, non hiérarchiques.

J’y vois pourtant plusieurs limites :
– la nécessité d’avoir des personnes hyper formées, avec une haute compréhension de la méthode, pour que ça marche,
– la tentation de glisser du « semper reformanda » à la révolution permanente, en changeant tout le temps les cercles de structuration,
– un risque de dilution des objectifs dans la fascination pour le moyen,
– un manque de simplicité biblique dans le fait de trouver une inspiration vraiment extérieure au groupe, qui pourra aboutir à l’éviction du Saint-Esprit, et d’autres outils comme la prière, la référence biblique, etc.
– incidemment aux deux points précédents, une accentuation exponentielle de la fascination pour l’Eglise, plutôt que du centrement sur Christ.

Je lui préfère le fonctionnement prébytérien-synodal, auquel j’ajouterai le principe conciliaire. J’explique les enjeux en précisant les termes (tout en essayant de faire court) :
– le presbytéral : un collège d’ancien est très utile pour prendre des décisions dans un système qui est différent d’une entreprise (où chacun peut avoir le même niveau d’implication en termes de temps, et où il n’y a pas la lutte des classes entre permanents et bénévoles, laïcs et clercs).
– le synodal : la mise en commun des ressources permet de penser « l’au-delà de soi-même », et le fait que l’Eglise est un cercle dont le centre n’est pas au milieu d’elle-même. Tout ce qui peut être mutualisé est facteur d’ouverture d’esprit, d’économies d’échelle, et d’humilité locale, de régulation consentie.
– le conciliaire : le système presbytérien-synodal ne peut fonctionner à mon sens que s’il est confessant, fondé sur une foi en l’activité du Saint-Esprit, l’autorité des Ecritures, et donc une méthode qui en découle : nous débattrons et prierons jusqu’à pouvoir dire : « Le Saint Esprit et nous avons décidé… » (Actes 15,28).
Ce système ne cherche pas à diluer l’autorité, la responsabilité ou la redevabilité. Il ne dénie pas la nécessité de combiner le participatif avec parfois aussi une autorité réelle, si possible jamais unipersonnelle, mais quand même incarnée dans un système de ministères (plutôt que sacerdoce), où le risque de l’abus de pouvoir est très limité.
C’est pour cela qu’il a ma préférence.

La philosophie peut-elle nous rapprocher de Dieu ? [Peps]

Tout peut nous rapprocher de Dieu.
Tout peut nous en éloigner.

La Bible, les Eglises, les chrétiens, peuvent nous rapprocher de Dieu ou nous faire nous en éloigner.

La philosophie est un vaste domaine de la pensée, et comme elle est un espace où peuvent se mouvoir des milliards d’idées, j’y trouverai forcément le pire et le meilleur. La question sera donc plutôt : « Quel GPS j’utilise pour naviguer dans la contrée des philosophes ? »

Parce que les critères que j’aurai ne seront pas forcément les bons.
Le seul fait qu’un philosophe se dise chrétien suffira-t-il à ce que je prenne ce qu’il dit pour parole d’Evangile ? Pour ma part le critère est tout à fait insuffisant car il y a plein de personnes se disant chrétiennes et qui disent n’importe quoi…

Notre boussole, notre GPS peut être la foi.
Si je suis bien ancré en Christ je peux aller à la rencontre de n’importe qui sans avoir l’angoisse de me perdre. Si j’ai Christ en moi, je peux tout lire, et alors même les tirades antichrétiennes d’un Nietzsche pourront devenir un aiguillon pour ma foi et ma présence au monde. Je saurai aussi avoir de la prudence à l’égard de la mystique cosmique pré-new-age d’un Teilhard de Chardin. Si j’ai Christ avec moi, je suis en sécurité partout, et le voyage en terres philosophiques sera passionnant.

Quelle est la différence entre la vision de Calvin et Zwingli sur la Sainte Cène ? Sur cette question les attestants sont de quel bord ? [Kny]

Merci Kny de nous inviter à revoir nos classiques ! En effet, la question de la Cène a été centrale au 16e siècle, non seulement entre catholiques et protestants, mais au sein même de la Réforme. Luther confessait la présence réelle du Christ au moment où les paroles de Jésus sont rappelées (lors d’un débat avec Zwingli, il aurait commencé par écrire sur la table, dans la version latine : « ceci est mon corps ». Bonjour l’ambiance !). Pour Zwingli, Christ est au ciel depuis son ascension, il n’est plus sur la terre, donc le pain et la coupe sont des symboles, un mémorial. Il faut donc comprendre: « ceci représente mon corps ». Calvin, auteur d’un Petit Traité sur la Sainte-Cène, aurait peut-être pu réconcilier les deux positions. Pour résumer la sienne : « ceci présente mon corps ». Ce n’est que du pain, ce n’est que du vin, mais avec ces signes, et par l’Esprit Saint, le Seigneur nous atteste que nous avons réellement communication à son corps, son sang, en un mot à sa vie.
Jésus lui-même n’aurait -peut-être- pas compris grand chose aux débats philosophiques concernant la « substance » véritable des éléments de la Cène. Quand Jésus déclare « ceci est mon corps », ceci renvoie d’abord à la fraction du pain, plus qu’au pain lui-même (c’est à ce geste de la fraction du pain que les disciples d’Emmaüs l’ont reconnu, Luc 24,35). Puisqu’il ajoute « faites ceci en mémoire de moi. Il nous dit : mon corps, ma vie, c’est cela : un don partagé, offert pour vous, pour la multitude.
Quant à vous dire de quel bord sont les Attestants sur cette question… je n’en sais rien ! Peut-être de bords divers. L’essentiel est que nous discernions que le Seigneur est présent lorsqu’il nous invite à sa table, et qu’il a donné son corps et son sang pour nous.

J’ai 20 ans et fréquente une église évangélique- je souhaite me rendre au culte d’un temple Epudf mais j’ai peur de m’y rendre pour la première fois- avez-vous des conseils ? [Alexandre]

Cher Alexandre, cher frère en Christ,
Je n’ai qu’un conseil à vous donner : vous débarrasser de votre peur avant de vous rendre dans ce temple. La peur est ce qui nous rend malade, vis-à-vis de Dieu et de nos frères et sœurs.
Ayant fait ce travail devant le Seigneur, vous pourrez vous présenter chez ces frères et sœurs de l’EPUdF avec le cœur rempli de l’amour de Dieu et discerner ce qu’Il vous dira pendant le culte.
Soyez béni.

La Saint-Valentin, plutôt oui, ou plutôt non ? [Charlotte]

A la base les protestants sont peu enclins à fêter une fête de Saint Quelquechose. Parce que leur calendrier est marqué par les fêtes qui ont Christ pour centre (à part la fête de la Réformation chez les protestants historiques, qui est assez surprenante de ce point de vue).

Qui plus est, l’attribution d’un jour ou d’une semaine à une célébration particulière peut être à double tranchant :
– la Journée des droits des femmes devient vite la Journée de la femme (par distingo avec les 364 journées de l’homme ?)
– la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens devient vite la Semaine de l’unité (par décalage avec les 51 semaines de la division ?)

La fête des amoureux est-elle appelée à créer un différentiel avec les 364 journées de la pesanteur conjugale ?

On ne s’y trompera pas, toutes ces occasions festives qui se répandent au-delà de leur origine (comme Noël fêté par plein de musulman), est surtout une superbe célébration en l’honneur de Mammon, le dieu de l’Argent et du Commerce.

Alors nous vous proposons d’avoir une attention délicate au quotidien pour votre vis-à-vis, plutôt que d’attendre les injonctions des bijoutiers, des restaurateurs ou des fleuristes… de la même façon que la résurrection de Christ vous fait vivre au jour le jour, et pas seulement le dimanche de Pâques.

La Sainte Cène doit-elle être donnée strictement par un leader ordonné (pasteur- diacre- évangeliste ou autre) ? [JBapt]

Rien dans le Nouveau Testament, et notamment dans les récits d’institution de ce repas, lorsque Jésus a célébré la Pâque avec ses disciples, ne permet de poser une telle condition. Dans l’Eglise protestante unie, par exemple en l’absence d’un pasteur ou autre ministre ordonné, un membre de l’Eglise locale peut être délégué pour présider le service de Sainte-Cène, pourvu qu’il le fasse correctement, en rappelant les paroles par lesquelles Jésus nous a ordonné de célébrer ainsi sa mort jusqu’à son retour. Sans oublier de demander l’aide du Saint-Esprit pour que nous discernions bien le sens de la Cène. On peut aussi imaginer que dans des situations particulières (de confinement par exemple !) la Cène soit célébrée en famille…

Ce n’est pas en vertu du ministère de celui ou celle qui nous les donne que le pain et le vin de la Cène nous attestent véritablement notre union au Christ. C’est par notre foi. Cette question fait débat avec nos frères et soeurs de l’Eglise catholique (pour laquelle il ne peut y avoir communion au corps du Christ si les éléments n’ont pas été consacrés par le prêtre). En tapant dans la case « search » le mot clef « Eglise », vous trouverez une réponse déjà donnée à cette question le 14 mars 2018, avec des pistes pour prolonger la réflexion.

Comment lors d’une prédication amener à une sincère remise en question- sans toutefois donner un sentiment de jugement et de « mauvaise culpabilité » ? [Ilotiana]

Martin Luther et la théologie luthérienne après lui ont mis en avant un principe très simple à suivre lorsque nous prêchons. Ce principe nous invite à articuler ce qui dans l’Ecriture relève de la loi : les règles de vie et ce qui relève de l’Evangile :  la Bonne Nouvelle du salut en Christ.
Ainsi, nous devons dire la loi afin de permettre aux auditeurs de comprendre qu’ils sont pécheurs et qu’ils ont besoin de Christ pour changer. Nous devons aussi dire l’Evangile et annoncer que le pardon est donné en Christ, qui, aujourd’hui encore nous relève et nous transforme.

En revanche, nous ne devons pas nous contenter de prêcher la loi, ce sans quoi nous risquerions de laisser entendre aux optimistes que nous pouvons nous sauver nous-mêmes en suivant des règles et aux pessimistes qu’ils sont coupés de Dieu à jamais. De la même manière nous ne devons pas prêcher l’Evangile sans la Loi. En effet, cela  laisserait entendre que nous ne sommes pas pécheurs et que nous n’avons pas besoin du Sauveur et de la transformation qu’il apporte.

« Nous tous aussi, nous étions de leur nombre [les fils de la rébellion], et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres. Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés. » (Éphésiens 2.3-5)

En bref, c’est quoi les différences entre catholiques et protestants ? [Sidney]

Points communs catholiques / protestants
– D’abord, c’est la mêmê religion, chrétienne. C’est pour cela qu’on ne doit pas dire la religion catholique ou la religion protestante mais bien la religion chrétienne et la confession catholique ou la confession protestante (comme on peut le faire par ailleurs pour différencier sunnites et chiites dans l’Islam).
– Catholiques et protestants croient en un Dieu unique, présent en trois personnes (on dirait plutôt “personalités” aujourd’hui sûrement) appelées le Père (Dieu en tant que Créateur, le même Dieu que les Juifs), le Fils (Dieu en tant que Sauveur, qui s’est présenté à nous comme le Christ, Jésus), et le Saint-Esprit (le Souffle de Dieu). Ce ne sont pas trois “Dieu” mais bien un seul, un peu comme chacun peut être appelé par son prénom, ou bien par un titre, ou bien par son nom de famille.
– Catholiques et protestants croient que Jésus est au centre de l’Histoire et qu’il a contenu en lui-même l’humanité véritable, qu’il a été l’image de Dieu, qu’il a été crucifié, qu’il est mort, mais que Dieu l’a ramené à la vie (on appelle ça la résurrection).

Points différents catholiques / protestants
– Les protestants mettent l’accent sur le fait qu’on ne doit adorer que Dieu (qui est Père, Fils et Saint-Esprit). Prier une personne humaine est interdit (Marie ou les saints), car c’est convoquer l’esprit des morts. De la même façon on ne prie pas pour un mort puisque c’est Dieu qui s’en occupe. Les catholiques acceptent ces pratiques en revanche.
– Si catholiques et protestants partagent dans leurs offices ce qu’on appelle l’eucharistie, ou la Sainte-Cène, ou la communion, les protestants pensent que ce repas, pris en mémoire du dernier repas de Jésus, n’est pas une répétition du repas initial, mais seulement un souvenir. Les catholiques croient – pour simplifier – que l’eucharistie est un sacrifice, pas les protestants.
– Les catholiques insistent beaucoup sur le fait que l’Eglise soit une institution visible. C’est pour cela qu’ils se dotent d’une organisation facile à comprendre avec le pape tout en haut, les évêques, les prêtres et le peuple enfin. Pour les protestants, tout le monde est égal. Les institutions ne peuvent pas reposer sur les épaules d’une seule personne. Ainsi il n’y a pas de pape, souvent pas d’évêques, et les pasteurs n’ont pas de privilèges très particuliers pour la foi. Ces derniers sont seulement mieux instruits des choses de leur religion.

Pourquoi les fêtes reviennent tous les ans de façon répétitive ? [Andrée]

L’Eglise a inventé un temps chrétien cyclique : l’année liturgique
La définition des fêtes est très liée aux cycles de la nature. L’année liturgique, c’est l’irruption de l’histoire dans la nature. Les fêtes chrétiennes doivent être lues à partir des fêtes du judaïsme ancien, dont le christianisme a repris certaines dates ou en tout cas l’articulation. Il en va de même pour certaines fêtes vis-à-vis du paganisme (païens, romains ou grecs). C’est un peu paradoxal d’avoir remis en place des temps liturgiques qui reviennent chaque année parce que le christianisme s’accommoderait normalement d’un temps linéaire (d’un début à une fin, avec un déroulement historique, qui est l’histoire du salut, de la venue de Dieu au monde), plutôt que d’un temps cyclique (l’éternel recommencement est plutôt une idée du paganisme). Les fêtes chrétiennes sont là avant tout pour remettre au centre l’aspect festif et communautaire de la foi.

Le dimanche
S’agit-il du sabbat (7ème jour ; mais, c’est le samedi…) ou 1er jour de la semaine ? Pour un chrétien, chaque dimanche est une Pâques, chaque dimanche impose le mémorial de la résurrection de Jésus, événement fondateur de notre foi, quand le sabbat était mémorial de la création du monde (repos de Dieu) ou de la libération d’Egypte (un esclave ne se repose pas…).

Le cycle de Pâques
Pâques est supérieur à Noël, même si les gens attachent beaucoup d’importance à Noël. Une année liturgique où l’on sauterait Noël ne serait pas trop grave ; manquer Pâques ferait perdre tout son sens à cette année. A la Réforme, Calvin a essayé de recentrer la vie liturgique sur Pâques, coeur de la foi chrétienne comme la Pâque était le coeur de la foi juive. Il y a continuité avec le judaïsme (la fête capitale est souvenir d’un événement fondateur dans l’histoire du salut) et il y a en même temps radicale nouveauté (de Moïse à Jésus). Coïncidence avec la nature, Pâques se trouve au moment où le jour commence à gagner sur la nuit (équinoxe de printemps) pour dire la victoire de la lumière sur la ténèbre. Le cycle de Pâques commémore le temps de la Passion (partage du pain et de la coupe, la croix et la résurrection au centre de la foi). La date de Pâques est variable, basée sur le calendrier lunaire et non sur le calendrier solaire. Carême (la préparation), Rameaux (l’entrée à Jérusalem), Jeudi-saint (le partage du dernier repas), Vendredi-saint (la crucifixion et la mort), Pâques (la résurrection), Ascension (la montée au ciel), Pentecôte (le don de l’Esprit saint).

Le cycle de Noël
Noël repose sur une conviction et non un anniversaire, car on est sûr que Jésus n’est pas né un 25 décembre. La fête de Noël est la reprise d’une fête païenne (la fête de Mithra, la fête de la lumière et du soleil), et elle arrive assez tard (plus de 100 ans après Jésus). La coïncidence avec la nature est vraie là encore, c’est le moment où le jour est le plus court et la nuit la plus longue mais où le jour va pouvoir commencer à croître, jusqu’à Pâques, et jusqu’à l’été. Noël célèbre l’incarnation de Dieu, qui quitte les sphères céleste pour habiter parmi nous, et son abaissement (il ne naît pas dans un palais mais dans une mangeoire). Le cycle de Noël est un mélange d’humilité et de gloire, comme Pâques l’est avec la croix et la résurrection). L’Avent nous prépare à Noël. Dans l’Eglise d’Orient, on articule plus fortement que chez nous Noël et l’épiphanie (qui est soit la venue des rois-mages, soit le mémorial du baptême de Jésus, moment de sa “nouvelle naissance”).

La Réformation
C’est la seule fête non-chrétienne en ce sens qu’elle ne fait pas référence directement à un événement de la vie de Jésus, mais à l’événement de la Réforme, et plus particulièrement l’affichage des 95 thèses de Luther. Les protestants historiques la fêtent le dernier week-end d’octobre.