Pourquoi Dieu ne parlerait-il que dans la Bible ? Il a bien parlé aux personnes de la Bible en direct ? Pourquoi aurait-il changé ? [Esteban]

Dieu a parlé à l’humanité depuis le commencement du monde. Et il continue à parler. Ce qui va créer une ligne de séparation à l’intérieur du monde chrétien, c’est ce qu’on appelle le cessationnisme. Vous reconnaîtrez le verbe cesser dans ce terme en -isme… Cela signifie donc que pour une partie des chrétiens, dès lors que le canon des Écritures sa été clos, c’est-à-dire dès que la liste des textes de la Bible a été fixée telle que nous la recevons aujourd’hui, Dieu a cesser de se manifester de façon surnaturelle, et notamment dans les paroles dites prophétiques, ou de sagesse, ou de connaissance, décrites dans le chapitre 12 de la première épître aux Corinthiens.

Les cessationnistes pensent donc que le le Saint-Esprit se fait uniquement interprète des Écritures depuis que nous avons la Bible. Dieu nous parle, pour eux, à travers le textes biblique, que le Saint-Esprit transforme en une parole vivante pour venir témoigner des œuvres de Dieu jusque dans notre cœur.

Pour les autres, Christ étant le même hier, aujourd’hui, toujours (Hébreux 13,8), son Esprit peut tout à fait parler même hors des Écritures, afin que les croyants entendent la voix du Père céleste. Il est vrai que ces paroles ne doivent pas être contradictoires avec celles des Écritures, et que pour le monde protestant et évangélique en général, il n’y a aucun point de doctrine nouvelle qui puisse être ajouté à ce qui a déjà été mis en dépôt dans la Bible.

Le canon biblique est l’œuvre d‘une construction humaine inspirée. Serait-il concevable aujourd’hui en 2017 d‘y ajouter un livre supplémentaire ? Si ce n‘est pas le cas pourquoi ? [Simon]

Le canon des Écritures bibliques a été clôturé dans les tous premiers siècles de l’ère chrétienne, pour faire face à une prolifération de théories s’éloignant de plus en plus de l’Évangile de Jésus-Christ. Une des plus connue est la position d’un certain Marcion, qui  proposait de supprimer purement et simplement des Écritures tout ce qui était en lien avec le judaïsme… La clôture est donc la façon qu’a eue l’Église primitive de rester fidèle au Christ, en choisissant par exemple des textes qui se rattachaient le plus directement possible aux apôtres, et en assurant dans le même mouvement que le corpus retenu était suffisant pour que les croyants puissent entendre la Parole que Dieu leur adresse.  Car on ne saurait confondre la lettre des Écritures avec la Parole vivante de Dieu, qui est révélée à chaque génération par le Saint-Esprit.

On ne peut donc pas rajouter de livre supplémentaire à la Bible, d’une part parce que des écrits contemporains ne sauraient être « apostoliques » au sens historique, mais aussi parce que tout simplement cela n’est pas nécessaire : la Bible contient déjà largement ce qui permet de nourrir la foi du croyant, et la course au « rajout » par chaque génération ne pourrait que brouiller le message.

Notre Bible contient 66 livres : 39 pour l’ancien et 27 pour le nouveau testament ce sont des livres canoniques : qui a établi le « canon » et quels sont les critères retenus pour « canoniser » un texte [M]

A la question du « qui » il n’est pas possible de répondre de façon claire et précise : le processus par lequel l’Église primitive a établi une liste de livres et décidé de la clôturer (= on n’en rajoute pas) s’est déroulé sur plusieurs siècles. On dit en général que ce sont les pères de l’Église, c’est à dire les premiers théologiens chrétiens dont beaucoup sont anonymes. En gros, la liste des livres de la Bible telle que nous la connaissons aujourd’hui a été fixée autour des III° et IV° siècles de notre ère.

Pour ce qui est des critères utilisés pour retenir ou non un livre, il me semble que l’on peut en retenir au moins deux :

  • Le fait que l’écrit soit consensuel dans l’Église primitive, et que la plupart des communautés leur reconnaisse une valeur théologique et spirituelle, même si nous savons que plusieurs n’ont pas fait l’unanimité (comme le livre de l’Apocalypse ou l’épître aux hébreux par exemple).
  • Le fait que ces écrits soient apostoliques, c’est à dire rattachés directement à un apôtre du Christ, et donc puisant au plus près possible de la source.

Mais il s’agit là de critères « objectifs » et raisonnablement admis… Par lesquels je crois pour ma part que c’est le Saint-Esprit lui-même qui a opéré le tri !

Pourquoi certaines personnes ne disent pas Ancien Testament mais Premier Testament ? [Céline]

Certaines personnes, ayant le souci de (re)valoriser l’Ancien Testament, considèrent l’adjectif « ancien » comme péjoratif. Leur souci peut être lié aux relents marcionites dans l’Eglise (Marcion était un homme influent de l’Eglise ancienne considéré comme hérétique pour son mépris de l’Ancien Testament : selon lui, le dieu dont il est question dans l’Ancien Testament serait un dieu mauvais, tandis que le dieu du Nouveau Testament, dieu d’amour, serait le bon), et surtout à un sentiment de responsabilité ou de culpabilité vis-à-vis de l’antisémitisme dans l’histoire de l’Eglise et des pays de culture chrétiernne.

Quelle que soit la raison invoquée pour cette appellation, sa légitimité est discutable : Jésus est bien venu faire une « nouvelle alliance » (« alliance » et « testament » sont synonymes) d’après Luc 22, 20 par exemple, et ce selon l’attente prophétique que l’on trouve dans l’Ancien Testament (Jérémie 31, 33)…. Cela suppose qu’il y a bien une ancienne alliance. La lettre aux Hébreux parle certes de « première alliance », mais la caractérise comme « ancienne » (Hébreux 8,13).

« Le « canon dans le canon » c’est ce qui parle uniquement de Jésus-Christ dans le canon. » C’est vrai ? [Jean-Marc]

Pas exactement. Rappelons déjà que « le canon », c’est l’ensemble des livres reconnus comme bibliques, ayant autorité pour la foi et pour la vie.

Parler de « canon dans le canon », c’est dire qu’il y a une clef de lecture, à partir de laquelle tous les textes bibliques (tous, donc) doivent être lus afin d’y entendre la Parole que Dieu veut nous adresser. Car l’important, c’est cette Parole, vivante et actuelle, et non pas la lettre à travers laquelle elle nous atteint par le Saint-Esprit. Or le Saint-Esprit rend témoignage à Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous. Ceux qui parlent de « canon dans le canon », généralement (et en tout cas la théologie luthérienne), signifient par là que la Bible, sous l’éclairage du Saint-Esprit, nous fait rencontrer le Christ, même au travers de récits, d’oracles et de lois de l’Ancien Testament. C’est lui qu’il faut rechercher dans l’Écriture. Par exemple, lisant le récit de la sortie d’Égypte dans l’Exode, on y lira d’abord la figure de la mort de Jésus le Premier-né d’entre les morts (lors de la 10ème plaie, ou bien lors du passage de la mer) et celle de sa résurrection et de la nôtre à sa suite (la Terre promise). Etc.

D’autres pourraient définir un autre « canon dans le canon », mais à mon avis ce serait au détriment de l’Évangile.

Une autre manière de lire l’autorité de l’Écriture serait de parler de « toute l’Écriture » en ne hiérarchisant ni les textes ni leur message. La sortie d’Égypte, par exemple, ne parlerait que de la sortie d’Égypte, miracle réalisé par Dieu autrefois. Etc.

Bien sûr, je simplifie et caricature quelque peu, afin de mieux situer les différences.