La parole de DIEU ne mentionne a propos du don du corps à la science ; besoin d’être éclairé pour prendre une décision fondée. [Serge]

La Bible dit que Dieu fera un jour retourner nos corps à la poussière (Genèse 3/19) où ils iront nourrir les plantes et les petits animaux dans l’attente de la résurrection où les croyants recevront un corps spirituel formé par Dieu, dont parle Paul en 1 Corinthiens 15/42-44.

Ce qui est fait de notre dépouille n’a donc pas d’influence sur notre salut et notre destinée éternelle. Quoiqu’on fasse de notre corps, une fois mort, il disparaîtra. Reste à savoir ce que nous désirons transmettre par les gestes que nous posons.

De mon point de vue, l’enterrement en pleine terre signifie de manière plus évidente l’importance qu’a notre corps et notre attente de la résurrection. Mais pourquoi ne pas donner son corps à la science, si nous souhaitons qu’il soit utile à d’autres et s’il est clair que nous ne mettons pas notre foi en la science comme source de salut mais en Christ, Seigneur de nos corps et de nos âmes.

Une musulmane mariée peut-elle divorcer- se convertir au christianisme et se remarier avec un chrétien ? [Fernand]

La Bible parle de cette situation, en évoquant ceux qui, au tout début du christianisme, se convertissaient sans que leur conjoint ne soit prêt à la même démarche. Ce passage se trouve en 1 Corinthiens 6/12-15. Il  précise que la conversion ne doit pas mettre fin au mariage. Il ajoute que le mariage ne doit pas empêcher la conversion.
Ainsi, Dieu a créé une unité très grande dans le couple humain dés la création du monde. Il n’est pas bon de rompre cette unité qui existe, même en cas de différence religieuse (Matthieu 19/5-6). Cependant, la relation à Dieu doit être première. Ainsi, si le conjoint refuse la conversion et souhaite, donc mettre fin à l’union pour cette raison précise, la rupture est conseillée dans la mesure où il n’est pas bon de laisser un humain se mettre en travers de la volonté de Dieu (Actes 5/29).

Voilà des éléments à même de conduire le discernement de celles et ceux qui se trouvent dans cette difficile situation !

Que signifie le terme aspersion ? [Jean]

Le terme « aspersion » est utilisé pour désigner les baptêmes que l’on pratique en versant de l’eau sur la tête du baptisé. Ce type de baptême s’oppose au baptême par immersion, lors duquel le baptisé est plongé, puis retiré de l’eau. A l’origine, le baptême se vivait par immersion (le mot grec pour baptiser signifie « plonger »). Cette modalité de baptême est encore employée aujourd’hui par certaines églises qui baptisent les personnes dans des baignoires ,dans des lacs…. La descente dans l’eau signifie la mort à la vie conduite par le péché. La sortie de l’eau dit la naissance à une vie nouvelle dont Christ est désormais le Seigneur et la maître. Dés le IIème siècle, la Didachè, un texte chrétien très ancien, parle de ce qu’on appelle aujourd’hui le baptême par aspersion, en précisant qu’il peut être employé lorsqu’une quantité suffisante d’eau ne peut être trouvée. Cette pratique est devenue courante à la fin de l’antiquité et demeure la manière habituelle de baptiser dans nombre d’églises.

Comment et pourquoi les jésuites ont-ils persécuté les huguenots ? Les jésuites sont-ils toujours dangereux aujourd’hui? (Je suppose que les théories de complot d’Internet sont pour la plupart fausses) [Erik]

Je pense, en effet, qu’il vaut mieux consulter les ouvrages des historiens que les théories du complot qu’internet propose.
La compagnie des jésuites, composée de prêtres, a été fondée au XVI ème siècle. Soumis au pape, ils se sont opposés aux protestants en se donnant pour objectif de répandre les idées de la Contre-Réforme catholique. Les Jésuite ont participé à la lutte intellectuelle contre le protestantisme. C’est dans cette sphère, en assurant, entre autre, la formation intellectuelle des élites, qu’ils ont été actifs, sans, à ma connaissance, avoir commis de crimes contre les protestants, ces derniers étant plutôt perpétrés par les pouvoirs civiles.
Depuis Vatican II et les années 60, l’hostilité entre catholiques et protestants a nettement diminué. Bien que des désaccords importants demeurent, les uns et les autres sont tombés d’accord sur « la justification par la foi » qui était au centre des divergences entre catholiques et protestants, au temps de la Réforme (voir accords sur la justification par la foi). Il n’y a donc aucune hostilité particulière aujourd’hui, entre jésuites et protestants. Vous n’avez pas à trembler, si vous en croisez…

Dieu a-t-il réellement crée des hommes- bien distincts des femmes et cela par nature- de ce qui relève de l’inné et non de l’acquis ? (Je parle bien ici de genre et non de sexe) [Alyssa]

Le Genèse dit : « Dieu créa l’humain à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. » (Genèse 1/27) puis de cela et de toute sa création dit « il vit que cela était bon » (Genèse 1/31).
Le premier mot traduit par humain, évoque le genre humain, l’humanité. Celui qui est traduit par « homme » signifie en fait « mâle » et ce qui est traduit par femme signifie « femelle ». Dieu a donc créé l’humain mâle et femelle et cela est bon.
Cette volonté originelle de Dieu désigne-t-elle le sexe, la différence des corps ou le genre, le fait de se sentir subjectivement homme ou femme ?
Notons tous d’abord que l’humain, dans la Bible n’est pas une âme dans un corps. L’humain est âme et corps. C’est ainsi que Genèse 2/7 nous montre Dieu faisant l’homme de la poussière de la terre et de souffle. C’est ainsi aussi que le mot « humain » signifie aussi en hébreu « terre ». Ainsi Dieu a créé notre corps et notre âme mâle ou femelle. L’un ne va pas sans l’autre.
Notons ensuite que la Bible ne dit pas que les animaux sont fait mâles et femelles même si le corps de la plupart des animaux a aussi été créé sexué. Ces derniers ne sont pas créé « à l’image de Dieu » mais « selon leur espèce ». Cela signifie que la différence sexuée de l’humain implique plus que son corps. Elle participe à faire de l’homme et de la femme, différents et semblables, réconciliés et se donnant l’un à l’autre dans le couple, l’image de Dieu. En effet, nous dit Jean, « Dieu est amour ». (1 Jean 4/8)

La bible est-elle complète ? Ne manque t-il pas des versets encore ? [Roland]

La tradition chrétienne réformée avance que la Bible telle qu’elle nous est présentée aujourd’hui, avec ses différents livres, entre Genèse et Apocalyspe est complète, dans le sens où aucun livre ne manque. En effet, la foi de l’Eglise reconnait que ceux qui ont fixé le contenu de la Bible dans les premiers siècles de l’Eglise ont été inspirés par Dieu. Nous pensons aussi qu’aucun autre texte, aucune autre révélation actuelle ne peut avoir le poids des paroles que la Bible contient pour tracer les contours de notre foi ou de notre vie. Enfin, nous devons ajouter à cela que la Bible telle que nous la lisons aujourd’hui est reconstituée à partir de plusieurs manuscrits anciens. Ainsi, ces derniers diffèrent parfois sur des points mineurs. Ainsi, par exemple, en Matthieu 18/12, certains manuscrits écrivent « Si ton frère a péché » quand d’autres retiennent « si ton frère a péché contre toi ». Ce genre de légères divergences ne nuit cependant pas à la compréhension globale de la Bible, lorsque le croyant la lit, éclairé par le Saint-Esprit.

Ma fille me demande chaque soir de prier pour notre chien. Je refuse. Ai-je raison de le faire ? [Val]

A ma connaissance, rien dans la Bible, ne nous signale des sujets pour lesquels il ne serait pas possible de prier. Votre fille a le désir d’avoir un chien heureux ? Elle veut rendre grâce à Dieu pour cette créature qui lui a été confiée ? Pourquoi ne prierait-elle pas pour cela ? Dieu ne s’occupe-t-il pas des petits oiseaux ? (Matthieu /26 et 10/31). Ne nous est-il pas demandé de présenter tous nos besoins à Dieu ? (Philippiens 4/6). Dieu entend, il répond selon sa volonté et le résultat de cela, c’est la paix donnée ! »

« Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ. » Philippiens 4/6-7

La colère est-elle un péché ? Peut-on être un chrétien en colère ? [Nico]

L’Ancien Testament parle de la colère de Dieu. Elle est la juste réaction de Dieu par rapport au péché qui meurtrit son peuple (Deutéronome 1/26-46). Le Nouveau Testament avance que cette colère demeure, par rapport au rejet par les humains de Jésus et du salut qu’il apporte (Jean 3/36, Romains 2/5-6).


Le colère humaine est moins clairement positive que celle de Dieu. Ainsi, Galates 6/19-22 classe-t-il la colère dans la catégorie de ces désirs de la chair qui s’opposent au fruit que produit l’Esprit de Dieu dans le croyant. Il signale ainsi que ce sentiment, à priori neutre, est facilement saisi par le péché, pour empoissonner notre vie et celle des autres. Ainsi, Ephésiens 4/26 signale qu’on peut être en colère, mais qu’on doit alors tâcher de ne pas pêcher en  laissant rapidement partir ce sentiment. Plus loin l’auteur de la lettre dit que la colère est quelque chose qui doit être ôté (4/31). Jacques (1/20) quant à lui, dit qu’on peut être en colère, si on est lents à l’être. Il précise plus loin, que la colère humaine n’accomplit pas la justice de Dieu.

Prudence donc. Vérifions, alors que nous nous mettons en colère, quelles sont nos motivations. Parfois, je me mets en colère par égoïsme. Je ne supporte pas qu’on vienne s’opposer à ce que je veux. D’autres fois, c’est la peur qui me conduit. Quelque chose me fait paniquer, alors je me fâche sur quelqu’un pour déporter sur lui la responsabilité de ce qui pourrait arriver. Enfin, je peux me mettre en colère par orgueil, quand je ne supporte pas qu’on me remette en question. Le problème de nos colères humaines  n’est-il pas dans le fait que nous tâchons de nous prendre pour dieu à la place de Dieu ?

La colère engagée pour de mauvaises raisons a de mauvaises conséquences : elle nous entraîne dans une angoisse, une haine et une rancœur qui ne nous quittent pas facilement.

« Mes amis, ne vous vengez pas vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit : C’est à moi qu’il appartient de faire justice » Romains 12/19

Mon mari me maltraite- m’humilie- me brutalise : est-ce que je dois porter ma croix- souffrir et supporter ou le quitter ? Que dit la Bible ? [Jackie]

La Bible dit que l’union à vie de l’homme et de la femme est une belle chose, voulue par le créateur. Ainsi, dés Genèse 2/23, il est dit que l’homme et la femme ne feront qu’une seule chair. Ce verset, sera repris à quatre reprise dans le Nouveau Testament pour dire qu’il n’est pas dans la volonté de Dieu que cette union soit brisée (Matthieu 19/5, Marc 10/7-8, 1 Co 6/16, Ephésiens 5/31).
Cependant, Jésus, qui considère la dureté du coeur humain, précise que cela ne vaut pas pour les cas marqués par l’impudicité (Matthieu 19/9). L’impudicité, dans la Bible, c’est la sexualité vécue en dehors du plan de Dieu. Cela peut concerner l’adultère, mais aussi les abus et le manque de respect dans le cadre d’un couple marié, où l’amour, qui est engagement pour l’autre est ouvertement bafoué (Ephésiens 5/25-30). Paul quant à lui, parlera du cas où l’un des époux n’est pas chrétien. Si ce dernier veut partir, le chrétien est libre, dit-il en 1 Corinthiens 7/12-15.
Votre mari, en vous maltraitant, et ce même s’il souhaite rester sous votre toit, refuse le mariage et les engagements qu’il a pris à votre égard. Vous n’avez pas à subir son péché, ni à essayer de le sauver. Je vous conseille de discuter de votre situation avec un pasteur, un frère ou une sœur de l’Eglise, afin que vous puissiez prendre un temps de prière et de discernement.
Que le Seigneur vous éclaire et vous donne sa paix.

Si un chrétien réalise qu’il n’éprouve pas d’attirance pour la femme qu’il a épousée- qu’il ne l’aime pas vraiment- bref- il a l’impression que ce n’était pas la volonté de Dieu- que faire ? [Fabrice]

Il est important de comprendre que l’amour, dans la Bible est autre chose qu’une attirance. Ainsi, Jean 3/16 précise que l’amour est ce qui a conduit Dieu s’engager jusqu’à la croix pour le salut des hommes. Ainsi, l’amour qui trouve son modèle et sa source dans le coeur de Dieu est un engagement pour l’autre qui ne souffre pas de condition et n’attend rien en retour (1 Corinthiens 13/1-6). C’est cet amour là que le mariage, qui est engagement pour l’autre doit permettre à l’humain d’expérimenter, même s’il ne peut le vivre qu’imparfaitement dans ce monde (Ephésiens (5/25-31).

 Jésus, citant la Genèse, précise que le mariage qui unit très étroitement l’existence de deux êtres est dans la volonté de Dieu (Matthieu 19/5-8). Il n’est donc pas souhaitable pour le chrétien de détruire son mariage pour une question d’attirance. Reste la promesse de pouvoir chercher en Dieu la source de cet amour que nous avons tant de mal à trouver dans notre coeur. Heureusement, il nous est promis, comme fruit de l’Esprit ! Galates 5/13-25)