Chrétiens et musulmans ont-ils le même Dieu ? [Ludivine]

Musulmans et chrétiens confessent qu’il n’y a qu’un seul Dieu ! Nous « n’avons » donc pas, notre propre Dieu distinct de celui des musulmans (d’ailleurs, on ne possède pas Dieu !).

Il est préférable de dire que nous ne croyons pas en Dieu de la même façon, que nous ne disons pas les mêmes choses à son sujet. Voici quelques éléments très succincts, trop rapides, qu’il faudrait bien sûr approfondir :

Pour l’Islam, Dieu se révèle définitivement et parfaitement à travers le message de Mohamed. L’Islam, me disait autrefois un ami musulman informaticien, c’est la « mise à jour » de la révélation biblique. Un chrétien pour sa part croit qu’en Jésus-Christ, celui auquel toutes les Ecritures rendent témoignage, Dieu met un point final à sa révélation aux hommes en nous rejoignant, en s’incarnant, en s’abaissant même jusqu’à la mort sur la croix. Chose impossible pour les musulmans, qui pensent que Jésus, en tant que prophète de Dieu, ne pouvait finir ainsi. C’est un point fondamental de divergence. Mohamed fut un chef de guerre, Jésus s’est fait serviteur et a renoncé à tout pouvoir. Et c’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé, souligne Paul en Philippiens ch.2 !

Autre différence qui impacte profondément notre relation à Dieu et toute notre vie : pour un musulman, c’est la loi de Dieu qui la régit et lui dit ce qui est permis et ce qui est défendu. Unis à Jésus-Christ, nous ne sommes plus « sous la loi » mais « sous la grâce », aimés gratuitement. Par sa croix et sa résurrection, Dieu nous réconcilie une fois pour toutes avec lui. Pas pour faire n’importe quoi bien sûr, mais notre Salut ne dépend pas de nos bonnes oeuvres. Si nous nous efforçons de vivre selon la volonté de Dieu, c’est parce que nous sommes sauvés, et non pas pour être sauvés.

Une musulmane mariée peut-elle divorcer- se convertir au christianisme et se remarier avec un chrétien ? [Fernand]

La Bible parle de cette situation, en évoquant ceux qui, au tout début du christianisme, se convertissaient sans que leur conjoint ne soit prêt à la même démarche. Ce passage se trouve en 1 Corinthiens 6/12-15. Il  précise que la conversion ne doit pas mettre fin au mariage. Il ajoute que le mariage ne doit pas empêcher la conversion.
Ainsi, Dieu a créé une unité très grande dans le couple humain dés la création du monde. Il n’est pas bon de rompre cette unité qui existe, même en cas de différence religieuse (Matthieu 19/5-6). Cependant, la relation à Dieu doit être première. Ainsi, si le conjoint refuse la conversion et souhaite, donc mettre fin à l’union pour cette raison précise, la rupture est conseillée dans la mesure où il n’est pas bon de laisser un humain se mettre en travers de la volonté de Dieu (Actes 5/29).

Voilà des éléments à même de conduire le discernement de celles et ceux qui se trouvent dans cette difficile situation !

Apres lecture de vos réponses je vois les enjeux du mariage mixte chrétien-musulman- mais rompre ne serait il pas cruel après 2 ans de vie de couple ? Nous comptons nous marier bientôt. [Ana]

Si cela fait deux ans que vous vivez en couple et que vous pensez vous marier bientôt, j’imagine que c’est parce que votre vie de couple vous rend heureuse; ou en tout cas je l’espère pour vous ! Dans ce cas, je pense que votre expérience de couple plus encore que les quelques lignes publiées sur ce site vous permettent de mesurer les enjeux d’un couple dont les deux ne sont pas de la même religion… Cette différence vous paraît-elle féconde pour approfondir votre propre foi ? Echangez-vous souvent sur la question de la foi avec votre conjoint ? En quoi pensez-vous que le fait que votre compagnon n’ait pas la même foi que vous puisse être un obstacle à votre vie de couple ? Autant de questions dont les réponses doivent éclairer votre choix. Et si à la fin vous pensez que cela peut vous empêcher de construire cette vie de couple que vous espérez, ce sera un choix certes difficile mais que vous pourrez expliquer et qui en sera d’autant moins cruel. Mais il se peut aussi que votre réflexion commune vous conforte dans votre amour…

Quand les musulmans tuent ceux qui ne confessent pas Allah- ils disent qu’ils défendent leur Dieu. Allah a besoin d’être défendu par les hommes ? Où est l’erreur ? [Dorian]

Effectivement, c’est une erreur que de vouloir défendre Dieu -par le meurtre de créatures faites à son image, qui plus est. Car c’est d’oublier que nous n’avons pas à défendre Dieu. C’est lui qui nous défend. Cette erreur se retrouve souvent dans l’histoire biblique : Elie se croit obligé de prouver que Dieu est plus fort que Baal et fait massacrer 450 de ses prophètes… Des amis très pieux veulent absolument justifier Dieu des malheurs qui accablent Job en l’accablant, lui… Et deux disciples de Jésus, Jacques et Jean, fils de Zébédée, lui proposent de faire tomber la foudre sur un village qui n’a pas voulu recevoir leur maître. Autant d’attitudes que chaque fois le texte lui-même dénonce : Dieu répondra à Elie non dans la foudre mais dans un murmure. Il donnera tort aux amis de Job. Jésus rabroue les fils de Zébédée, lui qui refusera même de se défendre quand on viendra l’arrêter. Et Jacques de conclure dans son épître : « la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu » (Jc 1,20). Dieu ne demande pas des défenseurs, mais des témoins de sa vérité, de sa sainteté, et de son amour.

Que pensent les chrétiens de Mohammed- du Coran et de l’islam ? Pour les musulmans- ils sont les seuls croyants. Merci de m’éclairer. [Reine]

L’islam, religion fondée par le message de Mohammed inscrit dans le Coran, prétend être en continuité avec la torah et l’évangile. C’est le même Dieu qui aurait communiqué par Mohammed, qui serait le « sceau des prophètes » (Sourate 33,40).

L’islam confesse un Dieu unique, créateur de toute chose (Sourate 39,4-5), et appelle donc à se détourner des faux dieux. En cela, il est en continuité avec le christianisme.

Mais, la religion islamique entre assez clairement en contradiction avec la Bible (seule autorité en matière de foi et de vie pour les chrétiens protestants).
Voici 3 exemples qui paraissent fondamentaux :

— d’après le Coran, Dieu n’a pas engendré (Sourate 37,152). Mais ce que l’on appelle l’Incarnation est un point central de la foi chrétienne : Dieu le Père a engendré un fils (Psaume 2,7 ; Actes 13,33) pour son projet de salut des Hommes. Et Jésus est de la même essence divine que Dieu le Père (Jean 1,1-13)

— d’après le Coran, Jésus n’est pas mort sur la croix (Sourate 4,157-158). Or c’est un point absolument clair et décisif pour les chrétiens qu’il est mort et ressuscité (Actes 2,23-24)

— d’après le Coran, les vrais croyants sont ceux qui ont cru au message de Mohammed (Sourate 49,15). Les non-croyants seraient destinés au châtiment éternel (Sourate 33,64-65). Pour les chrétiens, ce sont ceux qui croient en la divinité de Jésus et en Sa résurrection (choses que nie le Coran) qui ont la certitude du salut (Romains 10,9).

Sans prétendre répondre à votre question au nom de tous les chrétiens, il me semble que s’il y a bien des proximités entre islam et christianisme, il y a des différences absolument fondamentales.

Je dirai donc que, en s’appuyant sur la Bible, on peut difficilement considérer Mohammed comme un vrai prophète et le Coran comme révélation divine.

Comment se fait-il que l’Islam parle positivement de Jésus (Issa) alors que trop de ses adeptes ne rêvent que d’éradiquer les chrétiens et les juifs de la planète ? [Philippe]

Je ne suis pas sûre que « l’Islam » parle… C’est qui « l’Islam » ? En fait, soit on s’appuie sur ce que dit le Coran, soit sur ce que les musulmans disent de ce que dit le Coran. Et dans les deux cas les choses sont complexes car :

  • Si le Coran reconnaît effectivement Jésus comme étant un prophète, il aborde aussi dans d’autres versets la relation que les musulmans doivent avoir avec les autres croyants, et il l’aborde je crois sous plusieurs angles… Pas toujours concordants entre eux. (Bon honnêtement je suis pasteur et pas spécialiste du Coran… C’est à un imam qu’il vaudrait mieux s’adresser pour les détails…)
  • « Ce que dit le Coran » est donc toujours le fruit d’une interprétation de celui (ou celle) qui dit « ce que dit le Coran », et qui pour dire cela s’appuie sur sa propre lecture, fait des choix de priorités entre les versets, décide de suivre telle ou telle tradition, etc… Et surtout sur l’image de Dieu qui est la sienne. Par exemple, si je crois que Dieu est avant tout un juge sévère, je vais avoir tendance à privilégier les versets qui vont dans ce sens et à négliger ceux qui pourraient contredire ce que je crois. Les musulmans appartiennent à des courants ayant des compréhensions de Dieu parfois très différentes les unes des autres et on ne peut donc pas dire « l’Islam dit que… »
  • On trouve aussi une telle diversité dans le christianisme, qui alimente de nombreux débats depuis 2000 ans. Les chrétiens se sont beaucoup entre-tués au long des siècles parce que certains considéraient ce que pensaient les autres comme dangereux pour leur propre foi. Les uns et les autres ont souvent cherché dans la Bible des versets qui justifiaient leur violence… Et ils ont trouvé ! Mais ça ce n’est pas lire un texte, c’est l’instrumentaliser… Ce qui nous arrange souvent, pare que c’est plus facile que d’être remis en question. D’ailleurs beaucoup de ceux qui disent s’appuyer sur le Coran ne l’ont en fait jamais lu !
  • Pour les chrétiens en tout cas, Jésus n’est pas seulement prophète mais fils de Dieu venant nous ouvrir au mystère de l’amour de Dieu. En ce qui me concerne, je crois que la haine de l’autre est fondamentalement incompatible avec ce Dieu-là. Mais c’est une affaire d’interprétation… Et de foi.