Le COVID est-il une punition divine ? [Henri]

Beaucoup de gens se posent peut-être la question, Henri, et elle me semble importante. Pour autant, je crois que répondre tout sèchement « oui » ou « non » est trop court. Je ne suis pas dans l’Esprit de Dieu et seul le Saint Esprit sonde pleinement Dieu. Je préfère rester à ma place d’être humain, pécheur et justifié. De cette place, je n’ai pas de peine à considérer que ce qui nous arrive est la conséquence dramatique de notre situation de pécheurs, toujours tournés vers nous et rien que nous, centrés sur nous-mêmes et mus par notre seul orgueil. Dès lors, la conséquence du péché étant la mort, je crois qu’il est grand temps que nos Églises redisent ensemble : Il faut se repentir. C’est ce que Jésus a dit lui-même dès le début de son enseignement. Et donc cela veut bien dire qu’il n’est pas nécessaire d’être dans la panade où nous sommes pour se repentir. Même si tout allait bien, il faudrait le faire ! Car la repentance n’est pas seulement le moyen d’échapper à la colère de Dieu. En Jésus, elle est l’occasion de découvrir le trésor infini de son amour et de sa miséricorde, ainsi que de l’action purificatrice et sanctificatrice de l’Esprit en nous.

Puisque Dieu est comparé à un père comme à une mère dans la Bible ; puisque Dieu nous a créés homme et femme à son image- pourquoi Jésus préfère-t-il parler de Dieu comme d’un Père exclusivement ? [Etienne]

Je ne pense pas que Jésus parle de Dieu comme un père exclusivement. La parabole de la veuve et de la pièce de monnaie perdue nous le montre. Dieu, venu en Jésus-Christ, s’est incarné dans un lieu, un temps et donc un contexte précis et particulier, dans lequel l’image favorite pour parler de Dieu était celle d’un Père. Pour se faire comprendre, Jésus a donc réemployé ces images là en majorité. Mais, tout en étant lui-même un individu de sexe masculin, il a pu pleurer sur Jérusalem en disant : « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu! » (Luc 13. 34). Jésus prend ici l’image d’une poule, donc d’une figure maternelle, pour parler de Dieu.

« Aimez vous les uns les autres »- est-ce vraiment réalisable ? Entre frères en Christ certains ne peuvent quand même pas se supporter… [Sitrika]

Vous faites référence à des paroles prononcées par Jésus, notamment dans l’évangile selon Jean aux chapitres 13 et 15. Dans ces deux passages Jésus insiste sur le fait qu’il s’agisse bel et bien d’un commandement qui engage ses disciples, et non pas seulement une légère inspiration pacifiste. L’évangile selon Matthieu (22,39) va encore plus loin, puisqu’avec le commandement d’amour pour Dieu, le commandement d’amour du prochain semble en lui-même résumer toute la loi et les prophètes. Effectivement il s’agit là d’un commandement très exigeant. 

C’est pourquoi nous avons besoin de nous rappeler que c’est le Seigneur qui nous a aimé le premier, et que c’est de cet amour reçu que nous tirons la force d’aimer à notre tour. Le Père aime tellement chacune de ses créatures qu’il est comblé de joie à l’idée que nous devenions l’expression de Son amour pour celles et ceux qui sont autour de nous. 

Alors, est-ce seulement « réalisable » ? Qui pourrait prétendre avoir un cœur aussi large que le Père? Des mains aussi accueillantes que le Christ ? Le savoir-faire du Saint Esprit ? Personne ! Cependant si nous n’avons pas le savoir-faire, nous pouvons toujours tendre vers un savoir-être priant et bénissant ceux dont la simple présence nous est inconfortable. Alors peut-être adviendra-t-il des déplacements, des réconciliations.

J’ai entendu cela récemment. Est-ce un bon résumé de l’Evangile ? « Il a fallu la crèche pour amener Dieu à l’homme mais la croix pour élever l’homme à Dieu. » [Anonyme]

Je ne pense pas, même si le mouvement de ce texte est assez beau, à mon point de vue. Mais le résumé de l’Évangile, c’est que c’est Dieu (et lui seul) qui est venu jusqu’à nous, comme un homme, en Jésus-Christ (donc depuis sa naissance jusqu’à sa mort et sa résurrection, en passant par son ministère) pour rétablir, entre Lui et nous, la relation brisée par le péché. Je ne veux pas oublier la résurrection du Christ, car c’est elle qui valide le pardon de Dieu (I Corinthiens 15. 17). En fait, pour essayer de reprendre les termes de la phrase que vous citez, je dirais plutôt : « Il a fallu Jésus-Christ pour amener Dieu à l’homme et pour élever l’homme à Dieu. »

Qui peut dire que nous ne sommes pas juste des animaux hautement évolués- « ordinateurs faits de viande » ? [Adam]

Euh… Dieu ?… ! Si nous ne sommes que des animaux hautement évolués, des ordinateurs faits de viande, pourquoi Dieu nous aurait-il envoyé son Fils (Jean 3.16) ? Pourquoi Jésus nous dit-il que nous valons mieux que les oiseaux (Matthieu 6. 26, Luc 12.24) ? Si nous sommes juste des animaux, qui nous permet de dire que nous sommes « hautement évolués » ? Et si cela devait nous suffire d’être des animaux, alors vivons selon les lois de la nature en les faisant « hautement » évoluer… Dans un sens c’est déjà ce que la société propose… L’ultra libéralisme économique n’est-il pas la loi du plus fort (loi mise en pratique dans le règne animal), dans le domaine « hautement évolué » de l’économie ?

Les catholiques et les évangéliques adorent-ils le même Dieu ? [Roland]

Oui ! Catholiques et évangéliques sont chrétiens, ils confessent le même Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.

Ces deux traditions chrétiennes perçoivent Dieu de la même manière. Ce qui les distingue, c’est une façon différente de vivre la foi, de comprendre ce qu’est l’Eglise et d’apréhender la bible.

Comme le reste des protestants, les évangéliques ont les écritures bibliques pour seule autorité en matière de foi et de vie, croient au salut par la grâce au moyen de la foi et à une relation sans intermédiaires entre le croyant et Dieu.

La spécificité des évangéliques concerne principalement le baptême. Les catholiques et les protestants luthéros-réformés baptisent les bébés, tandis que les évangéliques ne baptisent que les personnes en mesure de confesser leur foi publiquement.




Comment un chrétien peut-il concilier le Dieu manifesté en Jésus Christ avec le Dieu décrit en Deutéronome 20:10-18 ? [Uowis]

Le passage du Deutéronome que vous citez, pris tel quel apparaît comme une autorisation à commettre pillage et autres exactions, ce qui semble en effet très éloigné de ce qu’annonce Jésus. Mais je crois important de remettre ce passage dans son contexte général qui est celui de la conquête par Israël de la « Terre Promise » par laquelle Dieu a éprouvé l’obéissance de son peuple. Il ne s’agit pas d’une conquête militaire avec toutes les vicissitudes habituelles de la guerre des hommes, mais d’une circonstance très précise où Israël devait témoigner de son obéissance au seul vrai Dieu. Je ne dis pas cela pour justifier dans l’absolu les pratiques décrites, mais pour nous aider à comprendre que le plus important demeure l’obéissance que nous devons au Dieu qui s’est révélé en Jésus-Christ et qui est, pour moi, le même que celui qui parle dans le Premier Testament.

Pourquoi Jésus s’appelle-t-il le bon berger ? [Lucie]

Cela fait référence au Premier Testament où à diverses reprises (Psaume 23, Ésaïe 40.11, Ezéchiel 34…) Dieu se présente ou est vu comme un berger pour le peuple de ses fidèles ; Autrement dit, en affirmant « Je suis le bon berger » Jésus dit d’une certainement manière « Je suis le Dieu ne qui vous pouvez avoir confiance ».

Aide toi et Dieu t’aidera. Qu’est-ce que ça veut dire ? [Laurent]

En général, ça veut : Débrouille-toi ! C’est une façon de renvoyer une personne soit à ses propres responsabilités, soit de la laisser en plan par ce que l’on ne veut pas l’aider. Le problème me semble être d’impliquer Dieu là-dedans. Bibliquement je pense que nous pouvons plutôt entendre : « Aide ton prochain et Dieu t’aidera… À l’aider ! » Car il ne faut surtout pas penser que ce que je peux faire sera « récompensé » d’une façon ou d’une autre par Dieu. Il nous a déjà donné les plus important, le vital, l’essentiel, en Jésus-Christ, par sa mort et sa résurrection.

Dieu est souverain. Son omnipotence signifie-t-il qu’il planifie et contrôle toutes choses ? [Marc]

La question que vous posez, Marc, renvoie à une compréhension de la souveraineté et de l’omnipotence qui suppose que si je peux faire quelque chose, je dois le faire. Il me semble que cette façon de voir est liée à notre condition humaine, justement marquée par l’impuissance à tout faire, et tenté par la réponse technicienne du contrôle absolu sur tout ce qui m’entoure. La Toute Puissance de Dieu le rend libre de répondre « non » à la question : Suis-je obligé de faire ce que je peux faire ?