Dieu dit de ne pas faire d’images- mais dans Nombres 21- Moïse fait le serpent en bronze. Pourquoi faire un signe de Satan? Cela représenterait Jésus (Jean 3) ? [Harry]

J’aimerais Harry distinguer dans votre question deux sujets : celle du serpent fabriqué en contradiction avec le deuxième commandement et le serpent comme représentation de Satan.

Sur le premier point je vous adresse mes compliments, car vous êtes un lecteur attentif. Pour ma part, je n’avais jamais fait le rapprochement entre le fait que Moïse fabrique un serpent en bronze et le commandement qu’il a lui-même reçu de ne pas faire d’image sculptée de tout ce qui vit sur la terre. Nous sortons de la contradiction que vous relevez me semble-t-il, en observant que Dieu lui-même a ordonné la représentation du serpent (Nb 21,8). Dieu a donné un commandement général et perpétuel qui est bon pour l’homme dans les Dix Commandements et il a donné un autre jour un autre commandement particulier, ponctuel qui était bon également et auquel il était juste d’obéir.

J’ajoute d’une manière générale que ce que nous vivons parfois comme des contradictions dans la Bible échappe à nos raisonnements, mais croire en Dieu, lui faire confiance, c’est espérer qu’un jour ce qui échappe à notre compréhension sera éclairé et la contradiction sera résolue.

A propos du deuxième aspect de votre question. Il est exact que le serpent dans le livre de la Genèse représente le Tentateur, dangereux et sournois qui conduit l’humanité à pécher. Mais je dirais deux choses : 1) les serpent ne sont pas des animaux diaboliques. Ce sont des créatures que Dieu aime. Le bâton de Moïse est devenu un serpent devant Pharaon pour manifester la puissance de Dieu. Jésus donne même une fois les serpents en exemple à ses disciples (Mt 10,16). Ceci dit, il faut être prudent, car le serpent est silencieux, il se cache facilement et sa morsure peut être venimeuse, d’où la peur qu’il inspire généralement. 2) Dans Jean 3, Jésus parle de lui qui sera élevé pour donner la vie éternelle comme le serpent de métal a jadis été élevé par Moïse pour guérir les israélites mortellement mordus par des serpents réels. Jésus parle de son élévation sur la croix et de cette croix, Dieu va faire jaillir une puissance de vie et de guérison pour toute l’humanité. La parole de Dieu à la fois nous condamne et nous sauve. Elle a toujours ces deux aspects. Nous pouvons aussi méditer ce qu’écrit Paul : « Le Christ était sans péché, mais Dieu l’a chargé de notre péché, afin que par lui, nous ayons part à l’œuvre salutaire de Dieu » (2 Co 5,21).

Dans Ézéchiel 44 / 25 : « Un sacrificateur n’ira pas vers un mort, de peur de se rendre impur. » Pourquoi assiste-t-on à un culte avant l’enterrement ? [Marc]

Plusieurs remarques pour répondre à votre question.

Tout d’abord, l’Ancien Testament est ancien ! Non pas à cause de sa date d’édition, mais parce qu’il est dépassé par le Nouveau qu’il annonçait. Dans le Nouveau, il n’y a plus de sacrificateurs, ni d’impureté rituelle (cf. Actes 10). Le Christ est le seul sacrificateur et l’unique victime expiatoire (cf. l’épître aux Hébreux). Il n’y a d’ailleurs plus de Temple non plus depuis 1.950 ans… Pasteurs et chrétiens ne sont pas des prêtres, sinon par la prière pour les autres, l’intercession, et pour ce faire ils le sont tous de par leur baptême, quelles que soient les circonstances.

Quant au texte que vous citez, la réponse en est bien sûr l’histoire du « bon Samaritain » (Luc 10 / 30-37), où le sacrificateur et le lévite appliquent ce verset, tandis que le Samaritain (Jésus ?) s’approche, lui, du blessé qui est peut-être mort (moi ?). C’est Jésus qui accomplit l’Ancien Testament en rendant caduques ses ordonnances rituelles, par sa propre mort et sa résurrection, gage de la mienne.

La question du culte à l’occasion d’un enterrement ou d’une crémation est très différente, en protestantisme. Il ne s’agit pas de s’approcher du mort (le culte peut avoir lieu sans la présence du cercueil, d’ailleurs), mais d’une famille en deuil, pour prier avec elle (les « condoléances » au sens propre), et écouter ensemble la Parole que Dieu lui adresse, témoignage justement de cette résurrection pour le défunt comme pour chacune des personnes présentes. Ce culte n’est donc pas nécessaire (pour éviter toute idolâtrie, les Réformés d’autrefois s’en passaient), mais il est à la fois l’expression de la fraternité chrétienne (soutenir des frères et sœurs dans la peine) et la mission de l’Église (annoncer l’Évangile en toute circonstance).

Dans Jean 8, il est dit que Jésus n’est pas tombé dans leur piège ; il écrivait avec ses doigts dans le sable. Qu’écrivait-il ? [Mark]

On pourrait se poser d’abord la question : si j’étais dans la foule des accusateurs de la femme adultère, qu’est-ce que Jésus écrirait alors avec ses doigts sur le sable, que moi, je n’aurais pas besoin de lire pour le savoir ?

Jésus écrit deux fois (le verbe utilisé la première fois suggère une écriture multiple, le verbe utilisé la seconde suggère qu’il raye – en tout cas on peut le comprendre ainsi). Par ailleurs, le seul à écrire avec le doigt, dans la Bible, c’est Dieu écrivant les Dix commandements sur les tables de pierre. Jésus-Dieu rappellerait-il alors les Dix commandements ? Et s’il efface, qu’efface-t-il ?

Le texte ne dit pas ce que Jésus écrivait. Mais ce qu’il dit convainc de péché tous ceux qui sont là : tous sont adultères par rapport à Dieu, infidèles à ses commandements, infidèles à son amour, comme déjà Osée et les prophètes l’avaient prêché. La Loi n’est pas caduque : elle condamne toujours les pécheurs, que ce soit la femme de ce récit, ou ses accusateurs, ou moi qui lis ce texte. Mais Jésus, lui, est au-dessus de la Loi de Dieu : lui ne condamne pas la femme, il la libère (« va ») et la place sur un chemin où le péché ne dominera plus sur elle (« ne pèche plus »). Si les accusateurs n’étaient pas partis, mais s’étaient humiliés devant Dieu, ils auraient aussi pu entendre pour eux ce salut gratuit. Et moi, est-ce que je l’entends pour moi ? Ou bien vais-je (comme eux) accuser Jésus dès la page tournée ?…

Quand Jésus parle de la loi dans Matthieu 5.17-19- cela signifie-t-il qu’un chrétien doit respecter toutes les lois de l’Ancien Testament ? Ou certaines ? Dans ce dernier cas- quel tri faire ? [Christophe

En Matthieu 5/17-19, Jésus dit que Jésus n’est pas venu pour abolir la Loi et les Prophètes mais pour l’accomplir. Il ajoute que la Loi ne disparaitra pas et que nous ne devons pas « abolir », « annuler » les commandements mais les ‘faire’ et les enseigner. En parlant ainsi, Jésus nous interdit de croire que les commandements de l’Ancien Testament ne méritent pas notre considération. Ces commandements expriment, en effet, la volonté de Dieu. Les considérer comme tels nous permet de savoir dans quel sens Dieu nous demande d’avancer. Ainsi, Jésus utilise des paroles de l’Ancien Testament pour encourager les couples à la fidélité à vie, en Matthieu 19/4-6 et nous dire ce que Dieu a initialement prévu pour l’humain. La loi de Dieu, lorsque nous la prenons sérieusement en compte, nous permet, de la même manière, et parce que nous ne l’appliquons jamais parfaitement, de mesurer nos insuffisances et de nous savoir pécheurs, dans la nécessité de nous tourner vers Jésus, notre sauveur.  Cela est expliqué par Paul en Romains 3/7-12.

Dire que la loi entière vaut quelque chose, qu’il faut la faire, c’est à dire en faire quelque chose dans notre vie, ne signifie pas que nous devons appliquer à la lettre tous les commandements de l’Ancien Testament. Quand notre passage dit que Jésus est venu pour « accomplir la loi », la « mener à la plénitude », il suggère que sa venue change quelque chose dans notre rapport à la loi. Ainsi, les apôtres réunis à Jérusalem, ont réfléchi, quelques années après la mort de Jésus à la question de la mise en pratique de la loi juive, pour les chrétiens qui n’étaient pas d’origine juive et n’avaient donc pas cette habitude. En Actes 15/20, ils en concluent qu’il y a des commandements importants à mettre en pratique pour le bien des humains : il s’agit des commandements qui concernant l’évitement des idoles et la sexualité. Ces commandements concernent la juste relation que Dieu désir voir se développer entre les humains et lui et entre humains, depuis la création. Les commandements qui concernent la spécificité du peuple juif telles la circoncisions, le culte du temple, les règles alimentaires ne sont plus à appliquer, puisque grâce à l’œuvre accomplie par Jésus, l’humain est maintenant libre de s’approcher de Dieu.

D’après l’aveu relaté en Ézéchiel 20v25- Dieu ait pu donner « des lois qui ne sont pas bonnes et des coutumes qui ne font pas vivre » ? Quelles sont ces lois ? [Pep’s]

Dans les versets 18-26, Dieu nous dit que ses commandements « font obtenir la vie à ceux qui les appliquent ». Il dit aussi que les israélites n’ont pas appliqué ces commandements, entre autres, en profanant le sabbat et se sont attachés à des idoles et à des pratiques idolâtriques tels le sacrifice des premiers nés, tout cela étant absolument interdit dans la loi que Dieu a donné à son peuple.
Nous comprenons que ces « lois qui ne font pas vivre », sont les lois que les israélites suivaient quand ils refusaient la loi de Dieu. Ici, ce sont les lois des peuples polythéistes environnants qui semblent désignés ou la loi économique qui veut qu’on préfère travailler le jour du Sabbat. Que Dieu leur ait « donné ces lois » signifierait que Dieu les a abandonnés à ces lois, dans sa souveraineté. Nous pouvons ainsi, peut-être rapprocher ce passage du mécanisme décrit en Romains 1/22-25
Le passage d’Ezéchiel nous indique que l’humain n’est pas autonome : il suit toujours une loi, il répond toujours à des principes, la loi bonne de Dieu ou la loi des cultes idolâtriques, la loi de la consommation, la loi de quelques principes humains, la loi des sentiments…cette loi mauvaise, qui agit en l’homme, Paul l’appelle la « loi du péché » en Romains 7/21-23, par exemple.
Le Nouveau Testament dira, que la Loi de Dieu, bonne ne peut pas faire vivre l’humain, parce l’homme ne peut pas la mettre  en pratique, à cause de la loi du péché qui oeuvre en lui. Les chrétiens croient et confessent que Jésus a vaincu le péché et qu’il peut aujourd’hui nous faire vivre pas son Esprit (Romains 8/1-2). Cela implique plus que la loi : le changement de coeur qu’annonce Ezéchiel et qui s’accomplit en Jésus, par l’Esprit-Saint, qui rend capable d’obéir à Dieu en avançant dans le beau projet de vie qu’il a pour nous et pour les autres.  Voir le beau passage d’ Ezéchiel 36/25-27

Comment permettre aux enfants de s’appropier les 10 commandements ? Dorothée

Le première chose à remarquer, c’est que l’adoration de Dieu et le comportement qui en découle , objets des dix commandements, ne sont pas faciles à transmettre dans notre monde. Face à eux, se trouve la valorisation omniprésente des idoles de la consommation des choses et des personnes, auxquelles nos enfants sont soumis à longueur de jour.
Deutéronome 11/16-21 nous donne quelques pistes de réflexion, sur ce sujet.
La difficulté de l’idolâtrie était présente sous une autre forme, aux temps bibliques. Il s’agissait alors de se détourner des dieux des peuples polythéistes environnant, des idoles religieuses auxquelles les humains soumettaient si facilement leurs pensées et leurs actions.
Le conseil que le Bible donne, dans ce contexte, est de graver en soit les commandements de Dieu, de les intégrer nous-mêmes comme ce qui doit être la seule source de notre comportement dans ce monde afin de pouvoir rejeter ce qui peut vouloir nous conduire loin de Dieu. Tâchons, donc, tout premièrement comme parents, catéchètes ou éducateurs, de considérer dans notre quotidien les commandements de Dieu et non ce que nous commande le monde, afin de pouvoir témoigner devant nos enfants qu’il est possible d’ancrer sa vie sur la Parole et de faire des choix différents que ceux qu’imposent notre société.
Le second conseil que notre passage nous donne est d’enseigner les enfants…de parler des commandements partout et en tous lieux. Cela implique que les commandements de Dieu et plus largement sa Parole, aient une place dans le quotidien des jeunes. Ainsi, l’enseignement ne peut se limiter aux cours de catéchisme et aux leçons apprises. Il doit pouvoir être une référence dans les conversations quotidienne, les choix les disputes, les problèmes, les questions. La vie familiale, ainsi que les camps de jeunes chrétiens peuvent être le lieu de cet apprentissage vivant.
Enfin, je pense bon de noter qu’il est question ici de nous garder du monde et de ses idoles sans pourtant nous en extraire…c’est en se confrontant au monde tel qu’il est, que les enfants peuvent le comprendre et apprendre à faire des choix ancrés en Dieu, fondés sur la confiance qu’ils auront appris à mettre en leur Sauveur.