J’étais dans une mauvaise situation et j’ai été victime d’intimidation en milieu de travail. L’intimidateur était mon manager et j’étais impuissant. Quelle réponse chrétienne? [Simon]

Ma première certitude : vous êtes aimé par le Dieu et Père de Jésus-Christ qui a de beaux projets pour vous. Il en est de même de votre ancien manager. Du coup ma première « réponse chrétienne » est : pardon et réconciliation, bénédictions et non malédictions, sont les objectifs quotidiens du chrétien. Je pense, notamment, aux paroles de Jésus au début du Sermon sur la Montagne (en particulier à partir du verset 38 de Matthieu 5).

Ma seconde certitude : l’autorité qui nous est confié par le Dieu et Père de Jésus-Christ, peut être totalement détournée des objectifs qu’il nous avait fixé… en raison du péché qui nous fait croire que nous méritons cette autorité. Du coup ma seconde « réponse chrétienne » est celle concernant la reconnaissance (donc sans naïveté) des incapacités de changer de comportement, malgré nos tentatives de règlement « en esprit » de certaines personnes. Je pense, notamment, aux paroles de Jésus à propos du péché d’un frère en Christ : si un frère refuse d’être repris par toi, par deux-trois frères et par toute l’Eglise alors il doit être considéré comme un non-Juif ou un collecteur d’impôts (c’est à dire dans la bouche de Jésus comme quelqu’un totalement éloigné de Dieu). Cela ne veut pas dire de ne plus avoir de contact (quoique !) mais en tout cas reconnaître que ce n’est pas vous qui arriverez à le changer. Il y a des fois où aimer avec les yeux de Dieu c’est accepter de se détourner totalement.

Que la paix de Dieu demeure en vous et dans le service dans lequel vous étiez.

Que pensez-vous de Jeanne d’Arc ? Ses visions ont-elles été causées par la maladie ou peut-être par des démons ? [Jim]

Jeanne d’Arc, considérée comme l’une des saintes patronnes de la France par l’Eglise catholique romaine, a justifié son combat contres les armées anglaises, pour la libération du Royaume de France, par des visions de saints.

Je suis, a priori, réservé sur des apparitions d’individus déjà décédés et pas encore ressuscités. En même temps je crois que Dieu peut parler à travers des visions (il peut aussi nous parler à travers des temps d’absence de visions et il n’hésites pas à nous rappeler que les visions ne viennent pas forcément de lui). Ainsi, par exemple : 1 Samuel 3, 1, Jérémie 23, 16,Osée 12, 11Luc 1, 22, Colossiens 2, 18.

Concernant Jeanne d’Arc je ne saurai jugé de l’authenticité des visions qu’elle a évoqué et je laisse ce travail à Dieu… j’ai déjà assez à faire pour comprendre les visions que je reçois… et peut être est-il prudent de s’arrêter à cela pour vous également 😉

Un athée est mort. Que puis-je dire pour réconforter la famille si je sais que la personne est probablement en enfer ? [Elle]

Lorsqu’une famille est touchée par la mort de l’un des siens, nous voulons faire preuve de bonnes intentions par de mots réconfortants. Le risque est grand alors de dire des paroles qui ne correspondent pas à nos croyances, mais qui rassurent nos interlocuteurs… ou plus souvent encore nous rassurent nous-mêmes face à l’affliction de nos interlocuteurs.

Alors d’une part : Le mort étant mort, je pense qu’il n’y a plus rien à dire le concernant qui pourrait réconforter véritablement sa famille. Les seules paroles concernant le mort qui me semblent justes sont celles du souvenir (et donc de la reconnaissance) de sa vie passée sur terre. Il est possible à cette occasion, de dire à la famille endeuillée qu’en tant que croyant vous remerciez Dieu pour la vie du défunt et ce à quoi il a participé.

D’autre part : Les autres membres de la famille, eux, sont bien vivants. Il est donc important de leur parler de leur propre existence et de l’amour de Dieu pour eux !!!

Mais avant toutes choses, n’oubliez pas de demandez à Dieu de vous aider pour l’accompagnement de cette famille… car il connait chacun de ses membres mieux que vous mêmes et il sait exactement ceux dont chacun a besoin !

Dieu a créé toutes choses ; les dinosaures en font donc partie- cependant la Bible n’en parle pas. [Marianne]

La Bible ne mentionne pas exhaustivement tous les animaux, ni tous les minéraux, etc. Car la Bible n’est pas une encyclopédie d’histoire naturelle, pas plus qu’un livre d’histoire ou de géographie universelles. Pour parler aux humains, Dieu a choisi de s’exprimer à travers des hommes et des femmes qui vivaient dans un temps donné, avec des conceptions particulières et une manière de voir le monde et la vie qui leur était propre. C’est sous l’inspiration de Dieu que ce que nous lisons dans la Bible devient pour nous Sa parole. Je crois que la Bible dit la vérité sur ma vie. Ce n’est pas parce que je ne trouve pas dans sa lettre toute la réalité de ce j’ai appris que je dois remettre en question la vérité biblique.

Comment suivre la Parole sans ce couper du monde ? Y a-t-il des versets dans la Bible là-dessus ? [Marianne]

Qu’est-ce que « suivre la Parole » ? Et même, avant, dirais-je: qu’est-ce que la « Parole » ?

Le quatrième évangile –celui selon saint Jean– offre -en écho avec les premières pages de la Bible qu’est le livre de la Genèse- une réponse à cette dernière question: la Parole est ce qui a amené à l’existence toutes choses. La Parole est donc connu pour l’action qu’elle produit: donner la vie.
Puis l’évangile rajoute : la Parole a pris corps (chair) afin de donner, selon la volonté de Dieu, le pouvoir de devenir son enfant (à Dieu).

Comme nous sommes des individus « incarnés », Dieu a choisi d’incarner sa Parole. Cela, pour nous permettre d’en être mieux saisi, de mieux voir ses bienfaits.

Dieu réalise des actions accessibles pour nous, afin de nous permettre d’être épanouis avec nous-mêmes, avec notre environnement (toute la création) et avec lui. Ces actions sont donc « dans le monde créé ». Dieu ne veut pas nous sortir du monde.

Suivre la Parole, c’est suivre Christ, c’est recevoir un épanouissement de sa vie, dans ce monde.
Pourtant, l’esprit du monde ne souhaite pas nous voir épanouis. Cela explique que nous sommes méprisés, rejetés, écrasés.
Le chrétien est donc appelé, par la seule puissance de la Parole de Dieu (Christ), à combattre l’esprit méprisant du monde et à annoncer la vie véritable, à vivre une vie dans et par la vérité.

Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira ; qu’est-ce que cette vérité et où est-elle ? [Daniel]

Le mot de vérité (ἀλήθεια « alèthéia » en grec) est très présent dans tout l’évangile selon saint Jean. J’ai -rapidement- compté 24 occurrences de ce mot, dans cette forme là. En voici deux autres en plus de Jean 8, 32 que vous citez:

« Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père. » (Jean 1, 14)

« Pilate dit [à Jésus] alors : « Tu es donc roi ? » Jésus lui répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » Pilate lui dit : « Qu’est-ce que la vérité ? » » (Jean 18, 37-38)

Je remarque, en lisant Jean 1, 14, que la vérité est partie intégrante du Fils: il s’agit d’un attribut qu’il reçoit de Dieu le père. En lisant Jean 8, 32, je découvre que l’effet produit par cet attribut sur ma vie: me rendre libre. Enfin, en lisant Jean 18, 37, je reçois l’appartenance à la vérité comme une cause et/ou conséquence de mon attention à la Voix de Jésus (Fils et Verbe de Dieu).

Je ne pourrai aller plus loin dans l’explication sur ce qu’est la vérité, par contre je peux dire qu’elle est bien définie (il y a « la » vérité ») et liée à ma relation à Jésus … qui veut, chaque jour, me révéler la face de notre commun père !