Pourquoi continuons-nous à célébrer des fêtes chrétiennes (et/ou juives) ? Ca fait un peu célébration saisonnière et païenne- non ? [GiB]

Clairement, les fêtes religieuses peuvent honorer Dieu ou les idoles selon l’esprit qui nous pousse à les célébrer ! Mais dans le doute, abstenons-nous de juger hâtivement…

Les fêtes juives sont bibliques, instituées dans l’Ancien Testament elles ont pour but de glorifier Dieu en se remémorant son action dans l’histoire d’Israël (exemple dans le livre de l’Exode 12, 24-27). Elles n’ont pas un sens seulement social ou « festif », elles servent à communiquer la présence de Dieu avec son peuple et à transmettre l’enseignement de la foi aux générations successives.

Les fêtes chrétiennes ne sont pas instituées bibliquement mais commémorent aussi l’action de Dieu en prenant pour thème des moments importants de la vie de Jésus racontés dans les évangiles (Naissance du Christ , Mort et Résurrection, Ascension…) ou de l’action de l’Esprit (Pentecôte).

L’hypocrisie religieuse et le conservatisme rituel sont clairement des gros problèmes dans le christianisme contemporain. Mais jeter ces occasions pédagogiques d’enseigner l’action de Dieu est-il plus pertinent que d’essayer de leur redonner leur connexion authentique ? Honnêtement, je pense qu’il n’y a pas de réponse univoque… Ni ces fêtes, ni leur dénaturation n’est obligatoire.

Ce que je conseille à chacun, c’est de prier Dieu, d’écouter selon son contexte si fêter peut être une occasion d’édification personnelle ou une occasion d’évangélisation et agir en conséquence, sans jugement et sans mépris. De toute façon, ces fêtes n’ont de sens que si on accepte que Dieu parle et agisse encore aujourd’hui !

Doit-on prendre la sainte Cène tous les dimanches ? [ixix]

Dans le livre des actes qui raconte les pratiques des premiers chrétiens, il est fait mention de réunions quotidiennes pour la communauté de Jérusalem, avec la fraction du pain au domicile (Ac 2, 42-47). Plus tard dans ce même livre, on comprend que la pratique d’autres communautés est de se réunir le dimanche, c’est-à-dire le premier jour après le sabbat, pour notamment « rompre le pain » (Ac 20, 7). Ailleurs dans le Nouveau Testament, on comprend à partir des réprimandes de l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe que le partage du « repas du Seigneur » fait partie intégrante des réunions de cette communauté aussi (1 Co 20-21).

De ces éléments bibliques là, on doit clairement tirer que c’est une juste pratique de « rompre la pain » ensemble tous les dimanches. Pour autant, si le commandement de Jésus est de partager la coupe et le pain en sa mémoire (Luc 22, 14-20), il n’y a d’abord aucune obligation de sa part liée à la fréquence, deuxièmement aucune obligation concernant la forme « rituelle » que doit prendre ce repas. Jésus a institué ce partage au cours d’un dîner de Pâques avec ses disciples et pas au milieu d’une réunion de prière… Il y a énormément d’éléments culturels dans nos Églises qui nous font souvent penser à tort que « c’est comme ça la manière normale de pratiquer »… certains prennent le repas au début de la réunion, d’autres à la fin, beaucoup le font en dehors d’un « vrai repas », d’autres considèrent que le repas communautaire après le culte fera fonction…

Pour conclure, ne mettons pas de « devoirs » là où le Seigneur a laissé la liberté et concentrons-nous sur l’enseignement de Jésus et le sens de ce repas avant toute réflexion (légitime) sur la forme qu’il doit prendre dans notre assemblée.

J’ai du mal avec l’idée qu’en se repentant à la fin de sa vie, on puisse être pardonné. Avec Hitler, par exemple ? S’il avait regretté sincèrement, Dieu l’aurait pardonné? Ca ne répare pas les torts ! [Claire]

Si Hitler s’était repenti en pleurant sur ses crimes et en criant à Jésus, je lui aurais prêché la certitude du salut et la vie éternelle aussi sûrement qu’à moi-même. Mais à ce que j’en sais, il est mort comme il a vécu…

Hitler est le cas extrême qui nous fait tous passer pour des gentils… Le pardon d’Hitler nous semble avoir quelque chose de tellement scandaleux qu’on en trouve presque le nôtre normal et évident. Attention aux ruses de l’ennemi ! Si nous étions si propres, qu’avions nous besoin du sang du Christ pour être purifiés ? Ce n’est pas Hitler l’étalon de la justice, c’est Jésus de Nazareth ! « Il n’y a point de juste, pas même un seul » (Romains 3, 10). Le plus gros scandale de l’histoire de la création, c’est la condamnation de Jésus à Golgotha ! Dieu est le seul qui a supporté de sa propre personne le salut des méchants… Au lieu de regarder à Hitler, regardons à Jésus et méditons ce que méritent nos pensées, nos actes ou au contraires nos inactions… Aussi choquant que cela paraisse, je pense que notre nature charnelle a plus en commun avec Hitler qu’avec Jésus-Christ ! Si nous sommes honnêtes avec nous, nous comprenons intimement que le salut est une pure grâce imméritée, pour nous aussi…

La gloire de Dieu se manifeste justement quand les méchants pleurent sur eux-mêmes. Si des dictateurs, même en fin de règne, peuvent se convertir et être encore sauvés de justesse, c’est un jour de joie dans le ciel et sur la terre ! C’est même certainement avec ce genre de conversions que le royaume avance le plus… Tant que nous n’arrivons pas à en faire pour nous un sujet de joie, c’est que nous n’avons pas bien compris de quelle horreur et à quel prix Dieu nous avait Lui-même sauvé. Gloire à Lui seul ! 

Peut-on vivre avec un non-chrétien ? Le couple peut il être sanctifié par un des deux partenaires ? [Pauline]

Concernant les questions conjugales, notre époque diverge profondément des enseignements bibliques. Mais si la vision moderne du mariage avait rendu les couples heureux, on serait au courant, non ? Comment un don de Dieu est-il devenu une usine à malheur ? C’est assez sage de penser ces questions avec Dieu au moins autant qu’avec ses copines…

Interrogé sur ces sujets (1 Corinthiens 7 en particulier), Paul évoque des situations différentes pour le couple déjà marié et pour le chrétien qui ne l’est pas encore. Il fait aussi la différences entre des réponses certaines venant du Seigneur et des réponses personnelles inspirées. Ses convictions reposent entre autres sur : 1° une conception du couple comme don de Dieu (à faire fructifier pour Sa gloire et non seulement à consommer pour son plaisir) ; 2° une conception de l’amour où la décision prévaut sur le sentiment (d’où découlent ses convictions sur le pardon, la persévérance dans la relation…).

Dans le cas d’un mariage déjà acté avec un non-chrétien, Paul répond avec plein d’espérance. Oui, il est nécessaire de persévérer dans cette relation aussi longtemps que le partenaire non-chrétien souhaite rester (dans la fidélité bien sûr !). Cette relation ne peut être que bénéfique spirituellement pour le non-chrétien et Dieu reconnaît et assiste ce mariage légitime.

Dans le cas d’un couple à venir, Paul évoque comme une évidence que ce couple doit être « dans le Seigneur ». Par exemple, il évoque le remariage des veuves en disant : « elle est libre de se remarier avec qui elle veut, à condition, bien entendu, que ce soit avec un chrétien » (1 Co 7, 39). Cette affirmation peut sembler dure à notre mentalité romantique et sentimentale, mais le mariage est à la fois plus compliqué encore que cette réponse et mille fois plus beau qu’un coup de foudre passionné mais éphémère… Que le Seigneur vous comble selon son projet !

Lorsque je me repens, Dieu me pardonne. Mais peut-on croire qu’en toutes circonstances les conséquences de mon acte, maintenant pardonné, sont aussi réparées ou transformées ? [Adam]

Quand j’étais au lycée, j’ai appris quelques années après les faits, qu’une fille de ma classe que j’avais persécutée pour me faire valoir comme « beau gosse bad boy » était en dépression et avait fait une tentative de suicide. Je n’étais pas encore converti, mais je pris conscience avec larmes de ce que nos actes sont parfois destructeurs à un point que nul homme ne pourra réparer… Je vous propose de regarder deux histoires bibliques.

Zachée était un collecteur d’impôts malhonnête. Quand il reçut Jésus et se convertit, il prit la décision publiquement de redistribuer l’argent mal acquis et même de rendre quatre fois plus à ceux qu’il avait lésés. Le texte ne mentionne pas une prière spéciale et religieusement codifiée de confession de ses péchés ou de repentance… Mais devant tout le monde et surtout devant le Seigneur, il évoque sa situation en toute transparence dans tout ce qu’elle a d’injuste et s’engage à réparer. La vraie repentance entraîne d’abord une transformation du pécheur, mais s’il y a possibilité de réparer, il est certain qu’un appel pressant ne laissera pas notre conscience en paix tant que des actes responsables n’auront pas prolongé notre repentance !

David était un grand Roi, proche de Dieu, mais avait un gros problème de séduction. Son désir l’entraîna dans une misère extrême en volant la femme d’un autre puis en maquillant cet adultère par le meurtre. Il pleura devant le Seigneur et se livra à sa colère. Il fut puni par Dieu et perdit notamment le fils né de son adultère. Oui, il fut pardonné ! Et quand le Seigneur pardonne, il pardonne vraiment ! Mais les conséquences du péché étaient irréparables par David qui ne ressuscita ni l’homme qu’il avait fait tué, ni le fils que Dieu lui reprit… Heureusement que le Seigneur est infiniment plus grand que l’homme ! Il est juste, bon et Tout-Puissant. Lui sait comment restaurer dans leur droit ceux qui ont été lésés au point que nul homme ne peut réparer. Il y a une vie après la mort et celle-ci ne durera pas seulement 80ans… Le temps pour Dieu d’effacer toutes larmes et bien davantage.

Légitimer un progressisme politique au nom de la foi chrétienne, n’est ce pas lâche, hors sujet, et anti-spirituel ? (oui, cette attitude me met en colère…) [Dino]

Attention ! Satan aime autant la tiédeur des chrétiens dans le bon combat, que l’embrasement de ceux-ci pour la vanité… Avant de causer politique : calmons-nous (moi y compris) ! Il n’est pas juste que ce sujet ait autorité sur nous au point de nous exciter au delà de la mesure. La colère qui a de justes motifs n’est pas sainte pour autant : le fruit de l’Esprit consiste aussi en douceur et en patience.

Oui, il y a des manipulateurs de la foi qui l’utilisent pour justifier l’inacceptable. Mais rien de nouveau sous le soleil. C’est un trait classique du faux prophétisme souvent prisé par les religieux proches du pouvoir… A l’époque de Jésus, le pouvoir religieux (les sadducéens) avaient pactisé avec le colonisateur romain pour garder un semblant de contrôle sur la nation juive. Les raisons humaines de la crucifixion du Messie proviennent de cette collusion entre Caïphe et Ponce Pilate. Mais à la même époque, il y avait aussi des terroristes appelé zélotes (on en retrouve parmi les disciples de Jésus) qui formaient une coalition meurtrière contre les pouvoirs religieux et politiques… Entre ces deux courants, il y avait le ventre mou du peuple, apathique et dépassé par ces enjeux, ils forment les bataillons des esclaves volontaires.

Tant qu’on a pas vu que l’histoire des hommes est déjà décrite dans la Bible, on passe à côté du bon diagnostic et de la bonne réponse : Jésus. Les faux prophètes du progressisme, les colériques « anti-chrétiens de gauche » et les chrétiens mous sans convictions sont tous ensemble les pantins de Satan dans l’histoire humaine. La liberté à cet égard est extrêmement difficile et le chemin du Christ est étroit : porter du fruit pour les nations, devant les peuples et les empereurs sans jamais se perdre dans le monde et brader la paix, la joie et l’amour que Dieu nous a chèrement acquis.

Fides qua doit être la foi personnelle par laquelle on croit (en quête de sens) et fides quae (la croyance) le contenu de la foi structurée. Mais en français courant c’est l’inverse ? [Jean-Marc]

Dans la Bible, Jacques rappelle que les démons croient effectivement que Dieu existe mais qu’ils tremblent… (Jacques 2,19). Pour l’apôtre, la foi vivante dépasse la connaissance et les déclarations d’intention et doit engager l’homme dans une relation avec Dieu où son existence est transformée. La vraie foi produit du fruit. Mais on trouve aussi dans la bouche du prophète Osée, cette parole de Dieu : « Mon peuple périt faute de connaissance » (Osée 4,6). Il est clair que le Saint-Esprit ne s’est pas décarcassé à transmettre une si grosse Bible pour que nous balayions la connaissance et l’étude en disant que notre sincère relation à Dieu suffit… La foi vivante et vivifiante commence donc par un cœur à cœur avec Dieu mais se nourrit d’une intelligence renouvelée qui cherche à comprendre qui est Dieu, qui nous sommes pour lui et ce qu’il attend de nous.

La distinction entre fides qua et fides quae creditur dont vous parlez est classique en théologie chrétienne et permet de distinguer l’élan du cœur et le contenu du catéchisme. Soyons clair que c’est une distinction conceptuelle qui aide à comprendre des choses, mais que justement l’emploi biblique du mot « foi » ne connaît pas de distinction aussi nette. En français courant, on a l’usage de distinguer entre croire « en » et croire « que » : Je crois en Dieu et je crois qu’il est tout-puissant, créateur, etc… Mais si notre foi est d’abord une relation de sujet à sujet (dimension subjective), elle a un objet bien réel qui ne peut pas en être séparé car le vrai Dieu n’est pas une projection ou fantasme de notre part (dimension objective).

Si un « pasteur » rejette le Credo (divinité, naissance virginale, expiation, résurrection de JC) est-il chrétien ? Si il rejette les Sola (autorité Bible, Jésus seul,..) est-il encore protestant ? [Nicolas]

Dans la Bible (Actes 18, 24-28), Apollos avait déjà commencé à prêcher avec enthousiasme plein de bonnes choses, alors qu’il lui manquait des éléments de connaissance importants concernant le baptême. Après l’avoir écouté, Priscille et Aquilas ont comblé ce qui manquait à sa connaissance et il fut encouragé par les chrétiens à poursuivre son ministère. Il aimait Jésus, il avait soif d’en savoir plus, il poursuivit l’œuvre du Seigneur en progressant toujours davantage dans la grâce et la connaissance de Dieu.

Être chrétien, c’est d’abord appartenir à Jésus et lui avoir dit « oui » à Lui. La doctrine vient en second et une compréhension fine de celle-ci demande du temps, de l’étude et beaucoup d’humilité devant Dieu. Maintenant, le Credo et les articles que vous mentionnez (naissance virginale, expiation, résurrection…), c’est quand même élémentaire… L’Église qui a ordonné un pasteur qui rejette ces articles manque cruellement de discernement ! Effectivement, un tel pasteur n’est pas encore chrétien et il est donc gravement en danger à exercer une telle charge. Priez pour lui, mais fuyez ses prédications.

Comment évoquer avec les parents de l’école biblique la question de la prière en famille ? [Aude]

Les familles de nos Églises sont très diverses, il y a celles où la prière familiale est adressée par obligation traditionnelle à un Dieu moraliste, celles où la prière est adressée tour à tour à Dieu et à d’autres divinités, celles où papa prie trop longtemps et ennuie tout le monde, celles qui n’ont pas de temps pour ces choses, celles où on ne sait tout simplement pas comment s’y prendre…

Forcément, quand on a les enfants le dimanche et qu’on leur parle de choses qu’ils ne peuvent pas expérimenter dans leurs familles, c’est triste… Rappelons-nous déjà la grâce d’avoir ces enfants, ne serait-ce qu’une heure par semaine ou par mois pour leur partager la Bonne Nouvelle ! Mais comment aller plus loin ?

En ce qui concerne les familles chrétiennes, elles seront sûrement heureuses de pouvoir participer à des programmes types « journée des parents et des enfants », le parcours « Alpha parents », etc. Pour les familles, c’est l’occasion de mieux se comprendre en interne, non seulement dans leur fonctionnement spirituel, mais également dans leurs petites habitudes, leurs rythmes, les aspirations respectives des différents membres… Partager avec d’autres familles, c’est aussi l’occasion d’échanger des « recettes qui marchent ». Par contre, il faudra être extrêmement vigilant face à la tentation de faire de la famille piétiste, la famille modèle à imiter et admirer… Pas la peine de culpabiliser les familles et de leur imposer des schémas extérieurs, alors que Dieu a un plan précis et unique pour vivre une foi vivante adaptée à chaque situation familiale.

Si à l’école biblique, tu es aussi avec des parents qui ne connaissent tout simplement pas Jésus-Christ personnellement, alors il faut peut-être déconnecter les questions de l’école biblique et de la prière en famille… Certes, l’école biblique est une occasion, mais il faut considérer les parents comme des cibles de vos actions d’évangélisation, même s’ils sont vaguement « protestants ». L’Église, les anciens et le pasteur doivent prendre conscience que l’on ne peut plus simplement compter les familles sympathisantes du protestantisme comme des familles chrétiennes collaborant avec nous à la transmission de la foi pour la génération d’après… Difficile de transmettre ce dont on ne vit pas.

Avant donc de parler de la prière à ces familles, il faudra leur parler de Celui qui est prié, car sinon, on prendra simplement le problème par le mauvais bout… Peut-être que ces familles découvriraient en priant qui est ce Dieu vivant qui vient leur répondre… Mais nous ne pouvons pas seulement compter sur ces exceptions pour ne pas faire notre travail : annoncer l’Évangile par le commencement, aux parents et aux enfants !

Le baptême de bébés ne met-il pas l’accent sur une foi familiale plutôt que personnelle ? [Gilbert]

Le baptême des bébés prend ses racines dans une haute conception de la famille en tant que cellule communautaire placée sous le regard de Dieu. Cette vision anthropologique est attestée bibliquement dès l’Ancien Testament. Noé, seul juste trouvé sur la terre, monte avec sa famille dans l’arche ; Abraham fait circoncire sa génération avant que ce rite devienne une pratique faite sur les bébés des générations d’après, pour signifier l’alliance de Dieu avec la descendance du patriarche… Les chrétiens qui baptisent les enfants voient dans l’acte du baptême une promesse comparable : Dieu fait alliance avec son peuple. « Cette promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin… » Actes 2, 39.

Dans le Nouveau Testament, il n’y a pas de description de baptême d’enfant, mais pas de restriction explicite non plus. La question centrale sera donc la place de la repentance et de la confession de foi. Des textes bibliques semblent ouvrir la possibilité d’une confession de foi familiale : « et il fut baptisé lui et toute sa maison » (Actes 16, 33). D’autres textes semblent clairement lier le baptême à une repentance et une confession de foi individuelle (1 Pierre 3, 21).

Pour revenir aux luthériens, Martin Luther n’a jamais remis en cause la pratique du baptême des enfants parce qu’il ne voyait pas d’arguments bibliques assez certains pour bouleverser une pratique séculaire. Notons que son combat n’était pas concentré sur les signes extérieurs de la foi mais sur la foi elle-même ! De ce point de vue, il a toujours affirmé l’absolue nécessité de croire pour être sauvé et non seulement d’être baptisé… Il pensait donc qu’un enfant baptisé petit, au nom du Dieu trinitaire avec de l’eau et qui croyait une fois devenu adulte avait tout ce qu’il faut, quel que soit l’ordre…

Pour approfondir encore cette question, saviez-vous que Luther était fermement convaincu que la pratique du baptême devait se faire par immersion totale et non seulement par aspersion ?