Que faire- étant mariée légalement devant Dieu et les hommes- lorsque son époux voit d’autres filles et couche avec elles ? [Christine]

La situation que vous décrivez, Christine, me semble être grave, difficile et très douloureuse, avant tout pour vous. Je ne sais pas où vous en êtes dans le dialogue avec votre mari, mais il me semble absolument nécessaire de parler avec lui pour le mettre en face de cette contradiction : il est marié avec vous, il a donc officiellement fait le choix de votre personne pour être une seule chair avec lui et pourtant il vous trompe. Vous auriez grandement besoin, je crois, de consulter un thérapeute de couple chrétien, pour vous aider. Je ne peux, quoi qu’il en soit que vous encourager à ne pas rester dans le silence et une résignation qui n’est pas favorable à la vie que Dieu veut pour vous et votre couple. En dernier recours, vous savez que pour le protestantisme, le mariage n’est pas un sacrement, il n’est donc pas indissoluble. Mais cette issue ne saurait être envisagée que si vraiment aucun autre moyen n’apporte de solutions. Que le Seigneur vous garde et vous bénisse.

Une musulmane mariée peut-elle divorcer- se convertir au christianisme et se remarier avec un chrétien ? [Fernand]

La Bible parle de cette situation, en évoquant ceux qui, au tout début du christianisme, se convertissaient sans que leur conjoint ne soit prêt à la même démarche. Ce passage se trouve en 1 Corinthiens 6/12-15. Il  précise que la conversion ne doit pas mettre fin au mariage. Il ajoute que le mariage ne doit pas empêcher la conversion.
Ainsi, Dieu a créé une unité très grande dans le couple humain dés la création du monde. Il n’est pas bon de rompre cette unité qui existe, même en cas de différence religieuse (Matthieu 19/5-6). Cependant, la relation à Dieu doit être première. Ainsi, si le conjoint refuse la conversion et souhaite, donc mettre fin à l’union pour cette raison précise, la rupture est conseillée dans la mesure où il n’est pas bon de laisser un humain se mettre en travers de la volonté de Dieu (Actes 5/29).

Voilà des éléments à même de conduire le discernement de celles et ceux qui se trouvent dans cette difficile situation !

Mon mari me maltraite- m’humilie- me brutalise : est-ce que je dois porter ma croix- souffrir et supporter ou le quitter ? Que dit la Bible ? [Jackie]

La Bible dit que l’union à vie de l’homme et de la femme est une belle chose, voulue par le créateur. Ainsi, dés Genèse 2/23, il est dit que l’homme et la femme ne feront qu’une seule chair. Ce verset, sera repris à quatre reprise dans le Nouveau Testament pour dire qu’il n’est pas dans la volonté de Dieu que cette union soit brisée (Matthieu 19/5, Marc 10/7-8, 1 Co 6/16, Ephésiens 5/31).
Cependant, Jésus, qui considère la dureté du coeur humain, précise que cela ne vaut pas pour les cas marqués par l’impudicité (Matthieu 19/9). L’impudicité, dans la Bible, c’est la sexualité vécue en dehors du plan de Dieu. Cela peut concerner l’adultère, mais aussi les abus et le manque de respect dans le cadre d’un couple marié, où l’amour, qui est engagement pour l’autre est ouvertement bafoué (Ephésiens 5/25-30). Paul quant à lui, parlera du cas où l’un des époux n’est pas chrétien. Si ce dernier veut partir, le chrétien est libre, dit-il en 1 Corinthiens 7/12-15.
Votre mari, en vous maltraitant, et ce même s’il souhaite rester sous votre toit, refuse le mariage et les engagements qu’il a pris à votre égard. Vous n’avez pas à subir son péché, ni à essayer de le sauver. Je vous conseille de discuter de votre situation avec un pasteur, un frère ou une sœur de l’Eglise, afin que vous puissiez prendre un temps de prière et de discernement.
Que le Seigneur vous éclaire et vous donne sa paix.

Si un chrétien réalise qu’il n’éprouve pas d’attirance pour la femme qu’il a épousée- qu’il ne l’aime pas vraiment- bref- il a l’impression que ce n’était pas la volonté de Dieu- que faire ? [Fabrice]

Il est important de comprendre que l’amour, dans la Bible est autre chose qu’une attirance. Ainsi, Jean 3/16 précise que l’amour est ce qui a conduit Dieu s’engager jusqu’à la croix pour le salut des hommes. Ainsi, l’amour qui trouve son modèle et sa source dans le coeur de Dieu est un engagement pour l’autre qui ne souffre pas de condition et n’attend rien en retour (1 Corinthiens 13/1-6). C’est cet amour là que le mariage, qui est engagement pour l’autre doit permettre à l’humain d’expérimenter, même s’il ne peut le vivre qu’imparfaitement dans ce monde (Ephésiens (5/25-31).

 Jésus, citant la Genèse, précise que le mariage qui unit très étroitement l’existence de deux êtres est dans la volonté de Dieu (Matthieu 19/5-8). Il n’est donc pas souhaitable pour le chrétien de détruire son mariage pour une question d’attirance. Reste la promesse de pouvoir chercher en Dieu la source de cet amour que nous avons tant de mal à trouver dans notre coeur. Heureusement, il nous est promis, comme fruit de l’Esprit ! Galates 5/13-25)

Une femme divorcée peut-elle se remarier ? [Cathy]

Oui. En vous répondant de façon aussi lapidaire, je ne veux pas dire que le mariage est sans importance et que le divorce est une formalité, bien au contraire ! Le mariage est un signe de l’amour que Dieu porte à un homme et une femme, en les donnant l’un à l’autre comme le plus beau des cadeaux d’amour qu’Il pourrait leur faire. Dans un quotidien fait d’écoute, de respect, de pardon donné et reçu, de prière commune et chacun l’un pour l’autre, dans une sexualité épanouie où cette écoute et ce respects mutuels expriment leur quintessence, le mariage est vraiment un cadeau de Dieu. Mais il arrive qu’à cause de notre nature pécheresse, ce cadeau ne soit plus vécu dans un couple. Alors, même au sein du mariage, s’il y a du mensonge, de la violence, du mépris, le couple vit dans le péché. Il faut tout faire pour essayer de rétablir la situation dans et par l’amour, mais il peut arriver que ce ne soit pas possible. Vivre sa vie en chrétien, ce n’est pas habiter au pays des Bisounours ! Il vaut parfois mieux alors un divorce. C’est bien sûr toujours une épreuve, et cela peut être vécu comme un échec. Mais je crois en un Dieu qui fait miséricorde et qui cherchera toujours les pistes de vie dans nos existences. Interdire a priori à une femme (ou à un homme d’ailleurs) de se remarier après un divorce serait, me semble-t-il l’enfermer dans son passé douloureux. Ce n’est pas le projet de Dieu pour nous.

Peut-on aimer un autre homme marié tout en étant soi-même en instance de divorce ? [Nicky]

Le sentiment amoureux n’est pas toujours en phase avec les notions de permis et d’interdit. La façon dont vous posez votre question appelle pour moi d’autres questions, qui permettraient d’affiner la compréhension de votre situation. Est-ce parce que vous aimez cet homme que vous êtes en instance de divorce ? Si vous êtes amoureuse de cet homme, lui l’est-il de vous ? Comment ce sentiment est-il né chez lui alors qu’il est lui aussi marié ? Je ne suppose rien derrière ces questions, et j’espère simplement qu’elle vous aideront vous-même à y voir plus clair, si vous ne vous les êtes pas posées. Il est évident que je ne saurai encourager personne à considérer le divorce comme une issue indifférente de la vie de couple. Mais il est parfois plus sage de se rendre à l’évidence si la vie conjugale n’est plus possible. Dans ce cas, la séparation, pour difficile qu’elle soit, peut devenir porteuse de vie, et il faut vous souhaiter de trouver l’homme que le Seigneur souhaite pour que vous formiez avec lui une seule chair.

En Matthieu 5:32 Jésus dit que si on épouse une femme divorcée, on commet un adultère. Egalement en 1 Corinthiens 7:11. Comment comprendre ces passages ? [Curtis]

Genèse 2,24 « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » Voici le principe biblique, qui sous-tend ces affirmations sur la mariage. Il est répété cinq fois dans la Bible ( Matthieu 19,5-6, Marc 10,8, 1 Co 6,16, Ephésiens 5,31). Ainsi, c’est parce qu’à l’origine, Dieu a créé l’homme et la femme pour qu’ils soient unis à vie, que la Bible signale le remariage comme un adultère.

Ces textes tout en signalant le sérieux de la séparation et du remariage, liés à la « dureté du coeur », évoquent la possibilité du remariage, dans certains cas. Ainsi en est-il de « l’impudicité » (l’infidélité essentiellement) et du fait d’être avec un non croyant qui refuse de rester en couple avec le « croyant ». Bref, Dieu sait que notre coeur est dur, tant que nous ne nous laissons pas restaurer par le Saint-Esprit, ce qui n’est possible que dans la foi en Jésus-Christ, et que nous pouvons, par notre faute, mettre à mal nos unions.

Devant le divorce, ces passages  invitent les anciens époux à chercher, chacun pour soi, ce qui a été à l’origine de la rupture. Il s’agit de demander à Dieu de mettre en lumière la faute, les fautes, les manques de confiance en Dieu, qui ont conduit le couple à la séparation, afin de pouvoir s’en repentir. Souvent, ces tords sont partagés. Les mettre à jour plutôt que les nier aidera chacun à se laisser restaurer par Dieu pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Alors, parce qu’il y a faute, reconnue, le couple n’est plus lié et le remariage devient une possibilité (1 Co 7,15).

Je suis divorcé remarié et désirerais comme mon épouse communier ! Croyants tous deux ; on m’ a dit que je ne pouvais pas communier ? [Michel]

Je ne puis répondre que pour ce qui concerne l’Église protestante unie : bien sûr que vous pouvez participer l’un et l’autre à la sainte cène, dès lors que vous y entendez l’invitation du Seigneur Jésus.

La communion au corps et au sang du Christ n’est pas faite pour d’hypothétiques « justes », mais pour les pécheurs que nous sommes, et qui reconnaissent avoir besoin de ce que Jésus-Christ a fait pour eux en donnant sa propre vie. C’est-à-dire en ayant donné sa vie sur la croix. Mais aussi en la donnant à chacun de ceux qui communient avec foi, en les remplissant de sa présence et les faisant bénéficier de son alliance.

On a souvent interprété le mot « indignement » par rapport à la morale, à l’observance des commandements (p.ex. celui de l’indissolubilité du mariage). C’est un contresens. Le texte de la première épître aux Corinthiens 11 / 23-29, où figure ce mot, précise, après le rappel de l’institution de ce repas, qu’y participer implique d’y reconnaître le corps du Christ (tant sa présence dans le sacrement que dans l’Église ainsi constituée), et que tous sont donc invités à y manger ! Voilà ce qui nous « qualifie » pour communier : reconnaître Jésus et vouloir recevoir son pardon et sa grâce en participant à la cène.

Mon fils de 10 ans me demande d’être baptisé. Son père dont je suis définitivement séparée s’y oppose et il est d’une autre confession ; que dois-je faire ? [Cathy]

Il me semble qu’il y a deux niveaux dans ce problème : le niveau juridique et le niveau spirituel.

Pour le premier, la question est : qui a l’autorité parentale ? Si c’est le père de l’enfant et vous, il me semble difficile de contourner son refus, quelles que soient ses raisons. Mais peut-être y a-t-il des possibilités de conciliation par un tiers ?

Quant au second niveau, il faut reconnaître que, si Dieu nous parle par le baptême pour nous dire sa parole d’adoption et de salut, il n’est pas limité par ce moyen qu’il nous a donné pour que nous entendions et recevions cette parole. Le baptême n’opère pas magiquement. Si baptiser votre enfant vous est impossible malgré vous, il vous est sans doute loisible de lui (faire) donner une instruction religieuse, peut-être le faites-vous déjà… L’important est de faire connaître Jésus à votre fils, et l’amour que Dieu lui porte. Vous pouvez aussi lui faire comprendre que son père a ses raisons, et que ça n’empêche rien entre lui et Dieu, que Dieu lui parle aussi par vous et par son groupe de catéchèse, que c’est dans la Bible qu’on apprend à le connaître mieux, et qu’il pourra recevoir le baptême plus tard, quand il sera libre de le demander.

Le baptême, comme la cène, sont des aides que Dieu nous donne. S’il nous est impossible d’y participer, Dieu s’arrange autrement pour nous communiquer le salut qui est nôtre par la mort et la résurrection de Jésus. D’ailleurs, d’autres Églises ne baptisent que les adultes qui professent leur foi. Notre propre attachement au baptême de nos enfants ne saurait nous faire oublier que l’important n’est pas ce que nous faisons, mais ce que Dieu fait pour nous.

Le chrétien est-il condamné à ne jamais divorcer (sauf violence et adultère) ? Quand dans un couple, après un temps de discernement l’un veut divorcer dans la paix, la Bible le lui interdirait ? [Gérard]

Pour la Bible, Ancien et Nouveau Testaments, la conjugalité n’est pas un contrat, mais une union (d’un homme et d’une femme) qui rend chacun des deux conjoints participant à l’autre. Le divorce n’est pas alors une séparation, mais une amputation, un suicide. Cela ne saurait correspondre à la volonté de Dieu pour nous, c’est ce que Jésus répond quand on lui pose la question (Marc, ch. 10, v. 2-9). Le conjoint n’est pas un associé (un « partenaire sexuel », comme on dit) dont on peut se séparer tranquillement, encore moins un objet utilitaire qu’on peut jeter après usage…

Lorsque le divorce est inévitable, c’est qu’il est déjà accompli, que le couple (donc chacun des deux) est déjà cassé. Là, il n’y a pas de paix ! Par ailleurs, de nombreux couples ou relations ne correspondent pas à ce modèle que Dieu propose et bénit. Pour eux, la question est sans objet : quand on vit autre chose que ce que la Bible propose, pourquoi se soucier de ce qu’elle interdirait ?… Mais vous aurez compris qu’elle n’interdit pas : avec Dieu, elle pleure sur les situations qui font mal aux enfants du Père.

Pour ceux qui veulent vivre ce que la Bible propose, dans une vie de couple qui ne sera jamais « un long fleuve tranquille », le discernement doit donc s’exercer pour rester ensemble, pas pour se séparer. Il doit donc aussi s’exercer pour demander à Dieu dans la prière ce dont on a besoin pour ce faire. Dans la vie conjugale comme en toute autre chose, à la question des Pharisiens « est-il permis ? », la réponse biblique est toujours « non ». C’est que cette question est perverse, sans solution, génératrice de malheur. La prière chrétienne ne demande pas ça, mais l’aide de Dieu pour vivre ce qu’il demande. Après échec, elle demande pardon. Et la prière des frères et sœurs après cet échec est de soutenir ceux qui sont désormais amputés d’eux-mêmes.