Est-ce une erreur de croire que- pour devenir chrétien- cela implique forcément de passer par un changement radical- avec « un avant » et « un après » conversion ? [Café]

La foi chrétienne est d’abord l’affaire d’une rencontre personnelle avec Jésus-Christ. Les récits de conversions sont donc différents les uns des autres.

Confesser que « Jésus-Christ est le Seigneur à la gloire de Dieu, le Père » comme l’exprime Philippiens 2,11, autrement dit être chrétien, implique un changement radical dans ce qui fait autorité dans sa vie. Désormais le chrétien affirme que c’est Jésus qui a cette autorité. Alors comme vous le dites il y a un avant et un après.

Ce changement radical peut être spectaculaire comme il peut être peu visible. Il peut se produire à un instant précis ou être le fruit d’un parcours plus long. Mais quoi qu’il en soit, ce changement radical engage toute sa personne à être transformée. A ce sujet, l’évangile de Jean chapitre 3 utilise l’image de la nouvelle naissance.

 

 

Devrions-nous jamais nous référer à Jésus comme « Dieu » ou juste comme « Fils de Dieu » ? Devrions-nous adorer et révérer Jésus ou Dieu le Père seul ? [Solitaire]

Le Nouveau testament parle de Jésus comme Fils de Dieu, pas directement comme Dieu. Dans l’évangile de Jean au chapitre 14 Jésus se présente comme unique chemin vers le Père. Dans ce même chapitre Jésus fait la promesse de l’envoi de l’Esprit, qui sera avec nous pour toujours.

A vos deux questions je répondrais que la foi consiste d’abord à être en relation personnelle avec Dieu et à l’écoute de Jean 14 précisément en lien avec Dieu au nom de Jésus par l’Esprit. Cela me parait plus important que ce référer à lui comme ceci ou cela. De plus comme Jésus le dit lui-même, toujours dans ce chapitre 14, connaissant Jésus vous connaîtrez aussi son Père.

L’achat/revente de cryptomonnaies est-elle immorale ? [Anna]

« Tout est permis, mais tout n’est pas utile; tout est permis, mais tout n’édifie pas. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. » Ainsi parle Paul en 1 Corinthiens 10,23-24.
Qui sert-on lorsqu’on achète et revend une marchandise et donc une monnaie ?
Dans le cas que vous citez, il est clair que cette crypto monnaie sert à dissimuler encore plus facilement des transactions illicites, des trafics en tous genres… 

Comment expliquer la mort d’Ananias et Saphira (Actes 5, 1-11) ? Est-ce la conséquence d’un « blasphème contre le Saint-Esprit » (Marc 3, 29) ou d’un « pouvoir spécial » donné à Pierre (Matt 16, 19)? [Kristina]

Le rapport avec le Saint-Esprit est clair dans le récit de l’histoire d’Ananias et Saphira. Le premier a menti à l’Esprit (v. 3) et la seconde l’a provoqué, tenté ou défié (v. 9). Et comme vous le soulignez, le blasphème contre l’Esprit Saint est le seul dont on ne peut être délié.

Le mensonge est une question spirituelle… et mortelle si on s’y abandonne. La division qu’il apporte (le texte parle de Satan, celui qui divise) nous empêche d’être un. Et comme c’est contre l’Esprit que le couple s’est placé, ils se sont empêchés d’être un avec Dieu. C’est cela qui est mortel.

Et je crois donc que ce texte n’est pas là pour présenter un pouvoir spécial qui serait donné à Pierre, mais pour nous mettre en garde contre ce qui divise et nous monte contre l’Esprit et in fine nous tue.

Est-il bien de dire que les protestants sont des catholiques non-romains ? [Françoise]

Il y a plusieurs façons de se définir : en opposition, en écho, en continuité… En France, pour des raisons historiques et parfois par facilité, le protestantisme s’est souvent défini ‘contre’ : par opposition au catholicisme romain notamment. En matière de foi chrétienne, nous sommes appelés à nous définir par rapport au Christ : pour Lui.

De fait les protestants sont des catholiques non-romains. Mais ils devraient d’abord et avant tout être des disciples du Christ. Les protestants sont des chrétiens, dont l’expression de la foi se vit dans une tradition donnée. Leurs liens avec les catholiques romains se font par le Christ et non par le côté catholique.

Le Christ est mort sur un poteau de supplice. Pourquoi parle-t-on alors d’une croix ? [Carole]

Le mot en grec qui désigne l’instrument de torture sur lequel Jésus est mort, peut se traduite en français par ‘poteau’ (ou pieu) mais aussi par ‘croix’, cf. les dictionnaires de grec classique.
Le Christ est mort supplicié sur un objet que les Romains utilisaient régulièrement. Or ces mêmes Romains avaient un mot pour parler de la partie transversale de la croix.
Donc je conclue, naturellement, que le Christ est mort sur une croix.
Mais au fond, l’important n’est pas d’abord de savoir sur quel objet d’infamie le Christ est mort ! L’important c’est le sens que tout cela prend. « Le Christ est mort, bien plus il est ressuscité » (Romains 8, 34). Et l’apôtre Paul écrira quelques versets avant que le Christ a été livré pour nous tous et qu’avec son Fils, Dieu nous donnera tout gratuitement (Romains 8, 32).

J’ai du mal à accueillir l’autorité de Christ sur Mammon- car trop de logiques et de comportements découlent de ses logiques. Comment lutter contre cela ? [Manu]

Vous posez bien la question : il s’agit effectivement d’une question d’autorité. Confesser que Jésus-Christ est le Seigneur, c’est faire en sorte que le Christ ait autorité sur notre vie, dans toutes ses dimensions.
Il est vrai que Mammon est présent dans bien des compartiments de notre société. Et comme dit en Matthieu 6,24 : « Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. »
Alors pour accueillir l’autorité du Christ sur toute notre vie et donc pour en chasser Mammon, un chemin nous est offert. Il nous est proposé de confesser Jésus comme seul Seigneur et de demander pardon à Dieu pour avoir donné, consciemment ou pas, autorité à un autre seigneur que Lui. C’est ce qu’on appelle la repentance : se retourner vers Dieu. Et Il entend la confession et pardonne.
Un conseil : Mammon est une puissance, qui comme vous le mentionnez, s’insinue partout. Alors il est utile de rentrer en soi-même et de chercher les lieux où il a pris autorité et dans la prière de repentance de demander pardon à partir de ces éléments précis. Et pour faire ce travail de discernement Dieu nous envoie une aide : l’Esprit saint.

Un chrétien peut il acheter des produits dits « Hallal » ? [Michèle]

« Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme » Matthieu 15, 11. Donc à priori un chrétien peut consommer un produit hallal (licite, permis).

Votre question porte sur l’achat de ces produits. Il faut savoir qu’en France et dans d’autres pays il y a une taxe supplémentaire ajoutée par des institutions, organisations ou entreprises sur les produits hallals vendus, certifiant qui le sont.
Lorsqu’on achète un tel produit on finance une entreprise privée, liée à la religion musulmane.
La question n’est pas est-ce qu’on peut (est-ce qu’on a le droit), mais est-ce utile lorsqu’on est chrétien de le faire ?
Lorsqu’on mélange religion et argent ou foi et argent, comme le rappelle également Jésus, à propos de servir Dieu et l’argent : on « haïra l’un, et aimera l’autre ; ou [on] s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. » Matthieu 6, 24.
Alors oui, on peut en acheter, mais ce n’est pas utile.

Vivre le Carême, c’est quoi pour un protestant ? [Pierret]

Le Carême est une période de privation, de jeûne. Alors dans la bible il y a au moins deux indications intéressantes :
– « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » Matthieu 6,16-18
– Et parce que c’est plus intéressant de dire les choses de manière positive
« Voici le jeûne auquel je prends plaisir : détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug ; partage ton pain avec celui qui a faim, et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; si tu vois un homme nu, couvre-le, et ne te détourne pas de ton semblable. Alors ta lumière poindra comme l’aurore, et ta guérison germera promptement ; ta justice marchera devant toi, et la gloire de l’Éternel t’accompagnera. » Esaïe 58,6-8

En quoi le sacrifice de Jésus est unique, non reproductible ? D’où la question : est-ce que ça a vraiment coûté quelque chose à Dieu ? [Yannick]

Au moment de la mort du Christ, le voile dans le saint des saints du temple de Jérusalem s’est déchiré en deux (Matthieu 27, 51). Seul le grand sacrificateur avait le droit, une fois par an d’y pénétrer, en passant ce voile. Il entrait dans le lieu où la présence de Dieu se manifestait. Là il faisait des sacrifices pour le pardon des péchés du peuple.
Avec la mort du Christ, plus de grand sacrificateur, plus de séparation entre Dieu et l’humanité (Hébreux 9). Sa mort est donc unique et avec sa résurrection, l’alliance que Dieu scelle avec l’humanité en Christ est désormais éternelle.
9 fois dans les 3 premiers évangiles Dieu parle de Jésus comme son « fils bien-aimé ».
C’est ce Fils de Dieu qui est mort et ressuscité et je crois donc que cela a coûté à Dieu.