1 Chroniques 22: 8 est-il la plus ancienne déclaration pacifiste de l’histoire ? [DLS]

Le livre des Chroniques daterait de la fin du IVe siècle avant Jésus-Christ. Certains passages de la Genèse, comme le récit de Caïn et Abel (dans lequel Dieu s’oppose clairement au meurtre d’Abel par son frère) ou les motifs du Déluge (la violence) sont certainement plus anciens. L’Exode, avec les dix commandements (« tu ne tueras point ») daterait du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Je ne pense donc pas qu’on puisse dire que 1 Chroniques 22: 8 est la plus ancienne déclaration pacifiste de l’histoire, même si ça n’enlève rien à la valeur de ce texte.

Comme le dit Bonhoeffer, les chrétiens ne devraient jamais rejoindre l’armée ni être impliqués dans des préparatifs de guerre. Comment les chrétiens peuvent-ils travailler activement pour la paix ? [Jean]

Jésus avait sur terre une attitude résolument non-violente et un enseignement très fort à ce sujet « Heureux les artisans de paix ! »
(Mt 5.9), « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » (Mt 5.44).

Mel Gibson a fait un film sur ce sujet (Tu ne tueras point, 2016), l’histoire d’un soldat chrétien qui a refusé de porter les armes au nom de sa foi. Dans le film, Desmond, le héros, qui doit se défendre d’avoir refusé de tuer dit à un moment : « Comment pourrais-je vivre avec moi-même si je ne reste pas fidèle à ce que je crois ? ». La question de fond est bien une question de fidélité : La fidélité envers Dieu et sa Parole prime sur l’obéissance aux autorités humaines.

Sur le travail pour la paix de la part des chrétiens, Bonhoeffer a une pensée très intéressante :

« La paix sur la terre n’est pas un problème, mais un commandement donné à la venue du Christ. Il y a deux façons de réagir à ce commandement de Dieu : l’obéissance inconditionnelle et aveugle de l’action, ou la question hypocrite du Serpent : « Dieu aurait-il vraiment dit ? » Cette question est l’ennemie mortelle de l’obéissance, et par conséquent de toute paix véritable. […] Celui qui remet en question le commandement de Dieu avant d’obéir, a déjà renié Dieu […] La paix signifie se donner soi-même entièrement à la loi de Dieu, ne pas vouloir la sécurité mais, dans la foi et l’obéissance, confier la destinée des nations au Dieu tout-puissant, ne pas chercher à la diriger pour ses propres desseins. Les combats sont gagnés non par les armes, mais avec Dieu. Ils sont gagnés même lorsque le chemin mène à la croix. » (Conférence de Fanø, août 1934)

Je suis un pacifiste chrétien. Est-ce que ma position est biblique ? Je comprends que l’Église primitive était strictement pacifiste. [An]

Il me semble important de rester précis sur les termes que vous employez. Vous vous dites pacifiste, c’est-à-dire partisan de la paix. Si ce positionnement concerne les relations humaines ou la politique entre les États du monde, je crois que l’on peut difficilement contester qu’il soit biblique (Romains 12. 18, 14.19, Marc 9. 50…). Maintenant, la vie spirituelle du chrétien est une vie de combat, mais pas contre les êtres humains (Éphésiens 6.12). En tant que chrétiens, ce qui je crois nous caractérise, plus que le pacifisme, c’est la non-violence et la non-puissance. Les premiers chrétiens, comme vous le rappelez, refusaient le service militaire. Reste que la non-violence n’a rien à voir avec la lâcheté ou la passivité. En cas de risque de non assistance à personne en danger, par exemple, il me semble que si la violence est le seul recours, il faut être prêt à en faire usage, quitte à ensuite s’humilier devant le Seigneur.

Les derniers événements de l’actualité en France ont amener la Fédération Protestante de France à faire une déclaration. Je vous invite à la consulter, pour voir si vous vous sentez en accord avec : http://www.protestants.org/index.php?id=23&tx_ttnews[tt_news]=4320&tx_ttnews[year]=2018&tx_ttnews[month]=12&cHash=5c90555e92