Limite entre christianisme et spiritisme ? – B.O.

Témoignage de B.O. :
A un culte évangélique un frère a vu une personne dans la foule rentrer dans une sorte de transe, tremblant de toutes les parties de son corps, puis elle a élevé sa main au-dessus de la personne qui était devant elle mais qui n’avait rien vu, puis celle-ci s’est mise elle aussi en transe ! C’est bizarre non ?
Peut on comparer ceci à du spiritisme ? Ou sont les limites entre la prière et le spiritisme ?
Je tiens à préciser que je n’accuse pas du tout les cultes évangéliques de spiritisme mais que bien au contraire je les respecte et apprécie la bonne ambiance et les cultes vivants que l’on peut y retrouver !

Réponse :
Il y a toujours eu dans toutes les religions des phénomènes de transe. Il y en a plusieurs racontés dans les Ecritures bibliques (1 Samuel 16, Psaume 96,9 …). Et dans le christianisme, l’apôtre Paul essaye justement de trouver une façon de réguler ces manifestations de l’Esprit de Dieu (1 Corinthiens 12-14), pour les permettre, mais ne pas tout concentrer sur elles, car elles peuvent être un peu choquantes pour qui n’y est pas habitué. Il s’agit de les canaliser quelque peu.

Mais la limite entre ces manifestations et des phénomènes qui, extérieurement, peuvent paraître similaires mais seraient de l’ordre de ce que vous appelez du spiritisme, est très tranchée, en réalité.
Dans le spiritisme ou l’animisme, c’est un esprit qui prend autorité sur la personne (c’est pour cela qu’on parle de possession, pour dire cette autorité et ce pouvoir, cette puissance). Et dans un contexte de prière chrétienne, c’est l’Esprit Saint.
Ces phénomènes sont appelés charismatiques car ils sont liés à des dons de l’Esprit Saint (« charisma » en grec, ce mot venant de « charis », le don, et qui est aussi lié au champ sémantique de « chara », la joie).
Il s’agit d’une grâce offerte à la personne d’être saisie par l’Esprit de Dieu. Désormais, du fait de cette rencontre avec Dieu, elle ne sera plus en prise au doute quant à l’existence de Dieu et sa présence agissante.

Il y a deux façons de « trier » entre une manifestation qui serait vraiment de Dieu et une autre, d’un genre plus pénible, c’est :
– les fruits : est-ce que la personne retire de ce moment un réconfort et une meilleure assise dans sa foi ?
– le charisme de discernement des esprits, qui est un autre don de l’Esprit Saint et qui permet à ceux qui en sont dotés de reconnaître la nature réelle du phénomène.

Comme toute chose spectaculaire, on est impressionné quand on le voit, mais c’est surtout ce qu’on en fait après qui va importer.

Laisser un commentaire